eternal : brisons le silence
TEMOIGNAGES
TEMOIGNAGE DE SEBASTIAN
ATTENTION CETTE PAGE EST DESTINEE A UN PUBLIC AVERTIT

Ca commence quand j'étais dans l'armée je m'y etais engagé, je commence à peine à assumer le fait d'étre gay et j

ai pas choisis le bon lieu pour le faire (une caserne militaire, le dernier endroit au monde à faire un coming out à soi

meme). J'ai eu un coup de foudre pour mon premier mec, j avais 19 ans , il etait bi lui et plus gradé que moi mais il a

vu mon regard et on s'est vu secrétement souvent en dehors de la caserne dans la campagne. J'étais bien pour une

fois et à ce moment là, je me disais que la vie vallais la peine d'étre vécue , que ma mère avait raison de le dire.

Mais ca a finit par se savoir et moi connaissant les risques de le dire ouvertement (je m'imaginais que cela se

limiterai a quelques bagarres et des jours de trou) j ai fermé ma geulle et ignoré ce que l'on m'a dit. Un jour mon

copain est partit de la caserne. Une semaine aprés, les insultes et les menaces en me disant que c'était de ma faute

s'il etait obligé de partir. Quelque temps aprés j'ai recu des menaces écrites sur mon lit , mes affaires, mon casque ,

de partout et je les faisais disparaitre et feignais l'inatention mais je regardais les autres différement en cherchant

les coupables, mais dans le fond c'était moi le coupable pas eux ,étre gays c'était un crime à leurs yeux et je le

comprenais de plus en plus , un week end je decidais de rester à la caserne car je ne voulais par retourner chez mon

père complétement alcolo, et le voir se trainer sur le sol comme une limace.

Je suis sorti en boite sur toulouse , j ai dansé , j ai bu, je me suis régalé je suis rentré tard, vers 2h du mat ou un truc

comme ca, j'étais sous la douche commune, j ai toujours adoré l'eau chaude, j y suis resté un bon moment puis j'ai

entendu du monde rentrer, je suis sorti de la douche voir, et 4 mecs encagoulés etaient dedans en treillis, casque

sur la tete, matraque à la main, j'ai compris que le jour de la baston était arrivé et j ai pris le balai à douche qui

etait à coté de moi pour me défendre. Je savais que je perdrais mais mes 2 métres et 90 kg me permettait dans ma

tete de me défendre avec honneur (et oui j avais un honneur encore a ce moment là ) J ai pas duré plus d'une

minute et je me suis retrouvé sur le ventre dans la douche et la ca a commencé ...

C'est angoissant de dire des trucs comme ca. Première fois que je l'écris. J'ai l'impression que c'est irréel, que je

me trompe.. Ils m'ont cogné dessus pendant quelques minutes, et mon mis une boule dans la bouche pour pas qu'on

m'entende geuller ( c'est pas de l 'orgeuil mais je gueullais pas de toute facon à ce moment la, c'était que des coups

et j'en ai toujours pris à l'école ) puis il m'ont écarté les jambes et mon pénétré avec leurs matraques plusieurs fois,

je ne sais pas combien de temps ca a duré ni combien ils en ont mis en même temps mais la j'ai geullé puis ils ont

recomencé à taper, ils m'ont pissé dessus et ils sont partis aussi vite qu'ils étaient venu. Je me rapelle de pas grand

chose , juste que quelqu un m'a relevé , m'a fait prendre une douche et m'a soigné mes blessures qui saignaient et

je l'ai plus revus.

3 semaine aprés, je me suis fais réformer aprés avoir fait l'amour avec le médecin pour qu'il accepte de me

reformer pour un probléme inventé.

Arrivé chez moi, je ne me rapellais que de ca et que c'était ma faute mais j'ai fermé ma geule, je me suis transformé

plein de haine et j ai fais des chose peu recomandable au yeux de certains, bagarre sur bagarre , des séjours à

l'hôpital, trafique de shit sur Marseille, 2 mois à faire la pute de luxe à domicile, la cigarette, la beu, ca m'a détruit,

mes parents n'ont pas compris, je veux pas leur faire de mal en leur disant et puis de toute facon pfff si j'avais pas

dragué un mec à l'armée, ce ne serait pas arrivé.

J'ai pas porté plainte de peur d une confrontation , j ai quitte Marseille dans un sale état pour Nime, j ai travaillé et

je me suis mutilé aux bras (2 balafres de 20 points chacunes faites en traversant une vitre , j avais envie de voir les

dégats qui ca faisait sur un corp humain et d'autres dans le dos) Puis j ai fais une tentative de suicide en me jetant,

une pierre au pied dans le rhone mais j'ai jamais su faire les noeuds de marin corectement je suis remonté comme

un bouchon. 2 jours aprés je me suis taillé les veines mais mon voisin qui venait me demander des allumettes, m'a

amené à l'hopital, puis j ai pris 200 aplax avec une bouteille de sake mais mon proprio s'inquietait de mon silence au

bout d une heure (j'avais toujours la zic à fond sauf la ) et est venu voir si tout allait bien.

En bref , j ai jamais pu me tuer correctement et tranquillement, j'ai compris que c'était pas le moment de mourrir

mais de vivre , j'ai appellé mes parents pour leurs dire tout ca ( pas le viol , ni la torture ) et j en suis là maintenant ,

un psy avec qui parler, j'étudie pour préparer mon retour en france , je me repose et j'oublie petit a petit. Putain je

pleurs comme une madelaine je m'arrete donc la ...

sebastian

Recu par mail le 16.09.03

Un grand merci d'avoir eu le courage de témoigner et de nous rappeller que malheureusement ca n'arrive pas qu'aux femmes...

eternAL

Vous pouvez m'envoyer vos témoignages en cliquant ci dessous!!