TEMOIGNAGES

TEMOIGNAGE DE mnemosyne

ATTENTION CETTE PAGE EST DESTINEE A UN PUBLIC AVERTIT

Bonjour afin de soutenir toutes les victimes qui ont réussi a porter plainte et qui dans l'attente de ce proces angoisse, je viens apporter mon témoignage qui j'espère apportera un minimum de soutien.

J'ai été victime de mon père durant des années, non seulement il me violait mais en plus me faisait amener des amies afin d'abuser d'elle aussi , d'où ma sensation de culpabilité.

J'ai porté plainte à la limite de la prescription, une enquête s'est ouverte et a duré 2 ans et demi avant le procès final.

On ne peut pas dire que la justice prenne des gants je ne sais pas si tous les juges sont aussi durs avec les victimes, mais moi dans ma chance légendaire je suis tombée sur une garce qui durant l'enquête m'a torturé l'esprit en insistant sur le fait que si j'avais parlé avant il y aurait eu moins de victimes( elle mériterais d'être violée afin de comprendre le silence!!grrr)

Ceci dit les années d'enquête je vous l'avoue n'ont pas été tendres, d'où l'angoisse de l'arrivée du procès. Le jour ou j'ai reçu ma convocation au tribunal, deux mois avant la date, ma première réaction a été de pleurer, puis je me suis mise à faire de la boulimie car j'avais très peur. C'est pour cette raison en particulier que je fait se témoignage afin que toutes victimes étant dans l'attente du procès n'angoisse pas autant que moi!

LE jour du procès arrive: arrivé au tribunal, j'essaye de restée le plus souriante possible afin de me donner des forces, je retrouve des amies d'enfances qui ont été victimes elle aussi, (à l'époque être amie avec moi n'était pas de meilleures augure!) la salle sonne, il faut rentrer. Mon coeur se serre dans ma poitrine car je sais que je vais voir mon père, cela fait pratiquement 3 ans que je ne l'ai pas vu.

Ca y est le moment le plus craind arrive, l'accusé entre dans sa cabine vitré, nous fondont en larmes car choses débile au début de se procès nous savons que nous sommes victimes, mais j'arrive a avoir de la pitié pour lui qui est mon père et qui a pris un coup en 3 ans, j'avais l'impression de voir mon grand-père tellement l'incarceration l'avait affaibli. Donc cela débute avec une sensation d'envie de punition tout en se sentant coupable aussi, j'avoue pas facile!

le juge entre et le jury est tiré au sort.

ensuite la greffière lit les accusations, cela prend pas mal de temps car il y en avait, et un mot lui échappe en les lisant mais elle ne s'en aperçoit pas car elle est troublé par ce qu'elle lit, on entend murmuré oh les pauvres. Cela nous a fait sourire, car là nous nous sommes senti soutenu.

le procès commence des témoins défilent ( médecins psychiatres et gendarmes) tout se chamboule dans ma tête car je revit ce que j'ai tant essayé d'oublier pendant toutes ces années. vient le tour de témoigner ce qui je vous l'avoue n'est pas des plus simple, mais sachez que le juge vous aide énormément car il est très gentil lors du procès ce n'est pas le même que durant l'enquête et celui là est très humain.

je vous avoue que durant le procès ma peine pour l'accusé s'est transformé en haine, car de nouvelles choses ont été révélé et cet abruti pour se défendre me mettait ça sur le dos!!! ben voyons une petite fille de 4 ou 5 ans devrait savoir dire à son père qu'il ne faut pas faire ce qu'il fait!!! mais où va t'on!!! après ces propos le jury a été choqués ainsi que le juge, l'avocat de la défense était à plaindre !lol mais malgré qu'il défende la partie adverse il nous a soutenu durant le procès et nous a même dit qu'il ne nous poserait pas de question pendant le témoignage afin de ne pas nous stresser et que nous acceptions de le faire.

le procès dure moins longtemps que prévu, en effet le tribunal avait bloqué 2 jours et demi et finalement certains témoins n'étant pas présent cela c'est terminé en un jour et demi.

Il a été condamné à 18 ans sachant que le max est 20 mais le jury a tapé 18 afin qu'il ne fasse pas appel et que nous soyons pas obliger de le revivre. Nous avons pleuré de joie au verdict, nous savions que pendant toutes les années de prison il n'y aurait plus de victimes, et avec un peu de chance vu son âge il décederait en prison.

Pour conclure, certes toute cette experience n'est pas facile à vivre car beaucoup de choses du passé reviennent mais rassurez vous c'est un moyen libérateur, car une fois le procès fini on se sent plus fort, car nous avons affronté notre bourreau, et rien n'est plus libérateur que de le regarder dans les yeux et de lui faire tomber le regard car la c'est nous qui avons le pouvoir!!!

Je souhaite bon courage à toutes celles qui vont affronter les assises, ainsi qu'à toutes les autres dont je comprend le silence!

mnemosyne