TEMOIGNAGES
TEMOIGNAGE DE

" MARMOTTE"

ATTENTION CETTE PAGE EST DESTINEE A UN PUBLIC AVERTIT

Voilà pour commencer j'ai maintenant 21 ans, l'age où "normalement" on profite de la vie et on se pose pas trop de questions enfin sûrement moins que moi. Je suis la cadette et j'ai donc 2 frères plus âgés que moi, l'aîné à 3 ans et demi de plus que moi, et c’est avec lui que tout c’est passé.

Au départ rien de bien anormal, en fait juste des jeux d’enfants : jouer au docteur etc , qui ont doucement mais surement déviés pour lui et donc par conséquent pour moi également.

Quel âge j’avais au début de ces "déviations" ? ça je ne me souviens pas exactement, sûrement au début du collège, donc pour lui fin collège - début du lycée.

Une chose est certaine la fin je m'en souviens parfaitement à l'entrée en 4eme (14 ans) ça je ne l'ai pas oublié peut être que c'était un réel soulagement. Ca a été le moment où il commençait à prendre trop de risque avec moi mais aussi la période où il avait sûrement des filles plus intéressantes à aller voir. Mais bon pendant tout le temps avant, sa sœur avait du bien faire l’affaire : sujet à ces petit fantasmes. Sa sœur étant pour lui un terrain d'entraînement, on pourrait presque dire ca comme ça... Et puis soit disant que c'était pour m'apprendre ce qu'il était nécessaire que je sache faire avant d'avoir un copain, bah oui c'est bien connu c'est au frère de faire l'éducation sexuelle de sa sœur ! Argh argh argh ... Enfin je dirais même maintenant comment être une femme objet !

Je ne ferais pas l’inventaire de tout ce qu’il m’a fait subir, parce que je crois en fait que d'écrire les mots ne seraient pas des plus facile . Enfin c'est tellement passé par "pleins" de choses... Et d'ailleurs, dire tout ces terme à haute voix ça n'est encore pas possible, enfin c'est qualifié comme viol incestueux, ce qui est déjà pas mal.

A ces mots se rapprochent plein de sensations et surtout des images, mais aussi des conséquences indirectes qui me disent que je devais bien me douter que ce qu'il faisait n'était pas normal. Voila quelques petites anecdotes enfin, je sais pas si le terme est très adapté mais bon.

Des petits moments qui mis bout à bout, me permettent de me rendre compte que tout n'était pas simple, et que je devais être prise dans un cercle vicieux. Alors que tant de fois j'aurais pus dire STOP ou NON plus fort plus longtemps, parce que la grande gueule c'est bien moi, mais en avais-je envie, le courage, ou bien honte ou de la culpabilité ou un peu de tout ca, même aujourd'hui je me pose encore la question.

Enfin, je ne peut pas dire que j'était consentante non plus, je me rappelle ne pas vouloir céder, essayer de résister mais en vain, pas assez de force et obligée un moment ou un autre de céder à ces désirs, comme anéantie, plus la force de dire stop de ce battre contre lui beaucoup plus fort , après ce mauvais moment tout serait fini, et je pourrais retourner à mes occupations habituels, à autre chose.

Il devait bien ce rendre compte du mal et de l’interdit qu’il faisait : je me rappelle un jour où il avait commencé à me faire des attouchements et plus… Pour moi la, ca devait vraiment être trop, je lui est mordu de toute mes forces le bras, et la pour la première fois il s’est arrêter tout de suite (par la suite il a continué en étant beaucoup plus méfiant sur mes défenses, quoi que comme il avait plus de force que moi…), et quand j’y repense c’était vraiment pour moi un soulagement, c’est une des première fois ou je l’ai vu pleurer et je me rappelle encore ce qu’il m’as dit: salope. Enfin salope n'etait surement pas la première fois qu'il me le disait, mais cette fois si j'avais gagné une petite bataille, j'aurai tant voulu que ce moment arrive plus vite. A ce moment la, il devait se douter que ce qu’il faisait était interdit car c’est événement de morsure il ne l’a jamais dit a mes parents.

Par contre parfois je devait être un peu mito enfin je sais pas, mais il me reste encore ca en tête: Un jour où il avait invité des copains à la maison, pendant les vacances, et que mes parents étaient au boulot, ils étaient tous au rez-de-chaussée et moi dans ma chambre au premier, et j’avais qu’une peur, c’était qu’ils montent tous me voir et…. Mais bon merci ca n’est jamais arrivé.

J'ai également eu les périodes où je comprenais pas encore tout, j'ai eu longtemps la trouille, ou plutôt la peur de me retrouver enceinte de mon propre frère, à ces moments la, j'allais dans la salle de bain et je regardais mon ventre me demandant si oui ou non il avait grossi et me pesant, ca je l'ai fait plus d'une fois, je me demandais toujours comment j'allais faire si c'était le cas, le dire à mes parents, je le trouvais inconcevable? Mais pourquoi, en aucun cas je n'étais fautive, juste une victime, mais déjà à cette age la, les rôles étaient inversés...Comme quoi après pour les remettre dans l'ordre après toutes ces années c'est pas simple.

Maintenant tout ça, tout se passé me pèse dessus, mes épaules sont encore résistances mais pour combien de temps? Ma carapace après s'être plusieurs fois fendus c'est reconstruite, du coup c'est de l'intérieur que ça va pas... Sentiment continuel de fuir le passé et donc par l'occasion de fuir tout ce qui pourrait être "nocif" : Je fuis les personnes de mon age en particulier les hommes, parce que la sensation d'étouffement et de panique je ne l'aime pas je la fuis, sûrement pas la solution.

En ce moment, je reste chez moi, juste "l'obligation" d'aller en cours histoire de ne pas rien faire mais c'est tout, pour le moment d'ailleurs même pas de connaissance a la fac, je sais c'est pas bien mais bon...

Mais également fuite des situations qui pourraient me rappeler des mauvais souvenirs.

Je fuis mes parents: car plus rien ne va donc j'ai pas envie de m'engueuler avec tout le monde, je reste chez moi au moins pas de risque de se prendre la tête, juste au plus ce prendre la tête toute seule

Je fuis mon frère parce qu'il est de nouveau pas loin de chez moi, je pourrai avoir une discussion avec lui, essayer de comprendre mais ça je sais pas faire.

Je fuis mon passé, j'arrive toujours pas a me décider à aller voir un psy parce que j'ai pas envie de me sentir mal voire tres mal, alors je fuis dans mon univers à moi qui n'est quand même pas terrible non plus.

Je fuis tout simplement mon passé et le présent quasiment comme un animal que l'on chasse sauf voila, y a plus de chasseur derrière moi... Ou peut être que maintenant que suis peut être à la fois le chasseur et le gibier, ayant deux parties en moi, une qui veut s'en sortir et l'autre qui ne sais plus ou aller, quel chemin prendre.

Et dans tout ca le chasseur est toujours la, peut être un fantome, mais n'y aurait il pas quelqu'un pres de moi qui me voit fuire, qui veille me protéger pour que j'arrête de courrir toujour plus loin, toujours vite ... Et que j'arrete de m'épuiser tout doucement, et que j'arrête de le refermer sur moi même comme quelqu'un qui a fait quelque chose de mal et qui a quelque chose à se reprocher .... Est ce qu'il y a des gens qui savent decrypter l'être et pas le paraitre?????

Mais il reste toujours une note d'espoir, celle la il ne faut pas l'oublier.

En chacun et chacune de nous, il reste toujours une petite flamme, qui ne demande qu'une chose: c'est de grandir, grandir, reprendre de la vitalité. Pour pouvoir éclairer et réchauffer notre coeur et notre vie.

Uneptitemarmotte@hotmail.com

Témoignage reçu par mail le 18.10.2003.

Merci beaucoup chere marmotte pour ton témoignage. Merci de nous rappeler que malgré tout ca il faut garder espoir, je suis sur que ton temoignage pourra aider d'autres personnes a se sentir moins seule face a leur souffrance, merci beaucoup...eternal

Voici le poème que m'a envoyé marmotte le 25.10.03

La petite flamme

Regarde cette petite flamme,

Oui, oui, celle la, tout près de ton cœur.

Petite flamme de l'espoir, petite lueur,

Elle te guidera vers les petits bonheurs,

bonheurs du moment, bonheurs de l'instant.


Petite flamme de l'espoir,

Petit à petit, elle éclairera ton cœur,

Et plus beaux seront ces moments.

Petit à petit, elle apaisera tes peurs,

Et plus court seront ces instants.

Sa force est en toi, la,

Ecoute son cri, ne le refoule pas,

Surtout ne succombe jamais au désarrois

Crois en toi, regarde sa force en toi,

Cette force qui te fait te trouver la.

Petite flamme vacillante encore,

Mais qui ne s'éteindra aucunement.

Elle te protège, accepte son réconfort.

Fais-en ton allier éternellement,

Petite flamme qui ne demande qu'à s'éveiller.

Accepte les rayons qu'elle te transmet,

Accepte la chaleur qu'elle te remet,

Accepte sa présence, ces bienfaits,

Regarde déjà son effet.

auteur : marmotte

vous pouvez m'envoyer vos témoignages a eternal1@wanadoo.fr en cliquant sur l'envellope ci dessous ! merci!