POESIE

LES POEMES DE MISSY

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

Voici quelques trés jolis poémes qui m'ont été envoyé par Missy

...K...

Ce soir, j'ai fait violence

A ce petit garcon de 11 ans;

Difficile pour lui de manger

Impossible pour lui de parler...

Je suis retombé en enfance

Comment lui expliquer

A quel point je le comprend ?

J'ai sentie cette souffrance

Quant il s'est mit à pleurer

Et qu'il à fini par me hurler :

"Vous n'allez pas tout me demander d'expliquer ?"

A travers sa question je sais se qu'il voulait

C'était que je comprenne

Sans même qu'il m'explique

J'ai ressentie cette peine

Et tous ses moments tragiques

Ou il faut décrire et raconter

Ou il faut constamment expliquer...

Ces instants de détresse

Ou l'adulte ne comprend rien !

Et malgrés ma tendresse

Je ne lui ai pas fait de bien...

Je lui ai longuement expliqué

Que nous pouvions l'aider

Mais que pour cela il fallait qu'il mette des mots

Que nous étions des humains et non des robots ;

Que je comprennais sa peur et ses difficultés

Et que nous étions aussi la pour le protéger..

Mais il est parti sans rien me dire

Parmis ses larmes et ses sursauts

Avec ce si lourd "sac" sur le dos...

Je crois qu'il ne peut y avoir pire

Pour un petit bout que de ne pas arriver à parler !

Il croit que papa et maman ne vont plus l'aimer,

Et que s'il explique il sera coupable!

Je me sens tellement lamentable

De ne pas avoir réussi à le faire parler

De ne pas l'avoir aider à se confier !

Pourtant en allant ce coucher ce soir,

Je le voyais me regarder de son lit

Alors près de lui je suis venue m'assoire

Et dans mes bras il s'est blotti...

Peut etre que demain il exprimera enfin sa douleur

Avec des mots, ou des dessins malgrès les pleures...?


2/04/08

Missy

Désolé, c'est pas tres poétique, les rimes sont pas parfaites, loin de la!! mdrr mais j'avais besoin de déverser quelque part!!

Ces mots sont pour K.. il ne lira probablement jamais cela, mais tant pis...

C'est un petit bonhomme, qui a au fond de lui de grandes souffrances, qui ne sont pas liés a des soucis sexuels.. mais en lui fesant violence, en le "poussant" a s'exprimer, je me suis revue ado, quant les adultes "ne comprenaient rien", quant j'avai le sentiment que personne ne pouvais m'aider...

Je voulais lui expliquer, lui dire, lui hurler à quel point je le comprenais... mais ma position de professionnel a fait que je ne peux parler de mon vécu..

Et meme si les causes de la souffrance ne sont pas les meme..; la souffrance elle est bien la.. accompagné par la peur.. et tous les sentiments qui vont avec!!

Bref, je lui ai fais violence, ce soir a ce petit bout de choux, et je me suis fait violence aussi en meme temps!!

pff pas facile de recueillir et d'encaisser en meme temps les sentiments, les émotions et les ressentis passés personnels, en meme temps que ceux de ce petit bonhomme!!!

Car meme si nous sommes des travailleurs sociaux, nous sommes avant tout des etres humains.. et on bosse avec nos savoirs, nos théories ( à deux balles parfois:! LOL) mais je dirai qu'on bosse aussi et SURTOUT avec notre histoire, notre vécu, nos sentiments!!!

Bisous

Missy

...Mon P'tit Cul...

Je t'aime Mon P'ti Cul, Mon Zozio Douceur

E tant pis si toute ma vie je pleure

Je suis si heureuse de t'avoir rencontré

Mais aussi tellement heureuse de t'aimer

Et Si chanseuse que tu m'aimes...

Tu vaux bien plus qu'un poème

Mais hélas aujourd'hui je n'ai plus que les mots

Pour conter notre amour, si vrai et tellement beau...

A Lo... je te t'aime...

Missy

27/03/08

...Laurent...

On aurait pu se marier, faure des enfants;

Mais la vie ne nous en a pas laisée le temps.

On aurait pu s'aimer à jamais

Ou bien un jour finir par divorcer;

On aurait pu faire pleins de soirées

A rire, à faie l'aour, simpemnt à s'aimer

Maisune fois encore a vie nous à privée

De cet amour qu'n voulait parager.

Je te disais si souvent

"Un petit toi, un petit moi"

Nouscommencions à parler d'enfant.

Je t'aurai rendu Roi

Si j'avais pu te garder encore

Si ELLE ne t'avait pas emmenée: La mort...

Je t'aime à jamais

Je t'aime pour l'éternité...


Missy

18/09/2007

..8 mois...

Il y a 8 mois aujourd'hui

Que je dors seule dans ce lit ;

8 mois que tu es parti

8 mois et jamais je ne t'oubi...

J'ai passé des soirées à pleurer

Et de longues heures à te parler

Mais hélas tu n'as répondu

Ni à mes larmes désespérées

Ni à mes mots désemparés...

Et mes cris se sont perdus

Dans l'immensité des nuits

Ou je te vois encore en vie...

Je t'imagine à me parler

Je t'entend encore m'appeler...

Dans mon sommeil profond tu es là

Et Océ crie très fort "Je t'aime mon Papa!"

Je me revoi a me blottir dans tes bras

Et je te sens encore au fond des draps

Ta douceur m'ennivre et m'attire

Chacun de nos souvenirs me font sourir

Ta chaleur m'appaise et me console

Moi qui pleure depuis 8 mois cet homme

Qui savait tant me rassurer

Qui a toujours su m'écouter

Qui ne m'a jamais jugé

Qui savait tellement m'aimer...


A Lo.. Je t'aime...

Missy

27/03/08

...10 ans....

Il y a 10 ans comme aujourd'hui

Mon cauchemard n'était pas fini

Mais IL avait déja brisé ma vie

Et mit mes rèves en surcis...

Il y a 10 ans comme maintenant

Je n'étais encore qu'une enfant

Et pourtant IL avait déja rempli mes nuits

De cauchemards, d'angoisses et de phobies...

Le 12 juillet 1998, IL m'a brisé et détruite

Mon Ame a bien essayé de prendre la fuite

Mais hélas mon corps lui est resté,

Entre ses horribles mains, planté...

10 ans déja qu'IL a brisé ma vie

Et fait de mes rèves de la bouillie,

10 ans que j'essay d'oublier

Mais que je ne peux y arriver...!

10 ans que je LE maudit,

10 ans qu'IL hante ma vie

10 ans que je le vomi

10 ans qu'IL habite mes nuits...

10 années passées a pleurer

10 années passées a repenser

Aux doux souvenirs du passer

Qui ne reviendrons plus jamais...

10 ans de honte et de dégout

Avec au final tout au bout;

L'impression que jamais cela ne cesse :

Toujours la meme peur qu'IL réapparaisse...

C'est un bien Triste anniversaire

Ou se mélange encore la peur

La honte, le dégout, la ranceur

L' amertume, la trouille et la colère...

Missy

14h27

12 Juillet 2008

...26 Juillet 2008...

L'an dernier à cette heure, je me levée

Tu m'attendais en bas de l'escalier

Pour m'enlacer de tes si grands bras

Mais ce matin il n'y à personne en bas.

L'escalier n'est plus celui sur lequel tu m'as embrassé

Et d'ailleurs il n'y à pas que cela qui à changé

Si tu savais, aujourd'hui rien n'est plus pareil à présent sans Toi

Et face à ton absence j'ai l'impression de ne pas faire le poid...

En ce 26 Juillet j'aurais au moins aimé appeler mon Papa

Pour lui souhaiter un bon anniversaire

Et qu'il sourit malgré tout, en m'ouvrant ses grands bras

Pour appaiser mon coeur si amère...

Mais toi non plus Papa tu n'est plus la...

Ce matin je ne fais que pleurer seule dans mon lit

Mais ni l'un ni l'autre ca ne les ramènera...

J'ai perdu les deux hommes qui replissaient ma vie :

Celui qui il y a 23 ans me l'a donné

Et celui avec qui je la construisais...

Missy

26 Juillet 2008

...Quatre fleurs...

Quatre roses, une à chacun

Pour apaiser un peu le chagrin...

Quatre roses et une fougère

En ce jour si amère...

Un rose pour Toi mon tendre petit Zozio Douceur

Pour te dire encore combien je t'Aime

Et pour te montrer que tu restes dans mon coeur.

Je n'aurai jamais assez d'un poème

Pour expliquer à ceux qui m'entour

A quel point ca peut faire mal l'Amour

Surtout quant il est inachevé

A l'aube de tant de projets...

Parfois je suis en colère après toi,

Mais le plus souvent c'est après moi...

J'en veux à la terre entière

Et pourtaqnt je sais que ma colère

N'est justifiée envers personne

Nous ne sommes tous que des hommes...

Mais de te savoir partis en étant si bien

N'arrive meme plus a calmer mon chagrin...

Et en ce 26 Juillet ensolleilé

Je voudrais tellement te hurler

Ma douleur, ma peine et te raconter tous ses jours a souffrir

En regardant les photos ou tu es heureux

En me rappelant encore notre vie a deux

Mais hélas il ne me reste plus que mon crayon pour t'écrire...

Mes lèvres parfois arrivent encore à sourires

Mais mon coeur, lui ne sait plus que souffrir...


Missy

26 Juillet 2008

Ce que tu m’as fait…

Je vais te dire Moi, se qui s’est passé,

Ce soir là, tu venais de débaucher

On était tous contents de se retrouver,

Et nous devions passer une super soirée…

Seulement voilà ce que tu m’as fait ;

J’été seule dans la cuisine quant tu es entré,

Et tes grosses mains sur mon corps se sont posées,

Tu n’as pas parlé, je n’ai pas compris ce qui arrivé ;

Puis ça a continué les soirs suivants,

Et TU as été de plus en plus violent…

Mes poignets je pensé que tu allé les casser

Mais, non, c’est juste ma vie que tu as brisée…

Je revois encore et encore des images qui défilent dans ma tête,

Je sens toujours ton odeur, j’ai l’impression éternellement d’y être ;

Des flashs inconnues ressortent parfois de ma mémoire,

Je voudrais que tout s’arrête, je ne VEUX PAS savoir !

Que ce qui est caché au fond de mon âme

Y reste pour l’éternité

Je n’ai pas la force, et encore moins les armes

Aujourd’hui pour les affronter…

Missy

23/05/07

23h27


Colère…

Si je reprends ma plume,

C’est pour parler de mon amertume,

De mon dégoût et de ma colère,

De trop de souvenirs amères…

J’ai le cœur lourd et la tête en vrac

Je me sens vraiment patraque

Depuis que j’ai ouvert ce courrier

Qui annoncée SA Liberté…

IL a brisé mes rires et mes rêves

ET même pas le droit a une trêve… ???

C’est quant l’avenir me souri

Que le passé me rattrape lui…

Nous avons culpabilisé,

Nous avons pleuré

Au procès, les unes contre les autre ont se serré

Pour essayer de ne pas devant LUI craquer…

Nous avons dues surpasser les injures et les méchancetés

Les phrases de travers, les amis oubliés,

Certains mots tellement humiliants

Ou encore des regards blessants ;

Les instants de honte cachés

Et tellement de larmes qui ont coulées

Pour prouver que nous disions la vérité

Et pourtant aujourd’hui IL est libéré… !

Contre LUI, nous avons dues nous battre durant deux ans comme des lionnes

Et vous voulez me faire croire qu’aujourd’hui on ne nous prend pas pour des connes ???

Missy

23/05/07

15h33

Dialogue avec l’enfant que j’étais...

Enfin la petite fille que j’étais

Ce soir timidement m’a parlée

Avec sa rage, sa douleur et sa peur...

Et moi au milieu de Ses pleures,

L’adulte que je suis devenue

S’est sentie un peu perdue.

Mais tout de même soulagé

De voir cette enfant résussiter.. !


La petite fille que j’étais :

« Petite Conne devenue grande, tu es incapable de pleurer

Triple Idiote, cesse donc de sourire toi qui ne peut pas parler,

Ton cœur reste vide et asséché,

Ta bouche aussi demeure fermée...

Tu refuse de tous ceux qui te tendent la main

Toute l’aide qu’ils te proposent et leur soutient !

Tu préfère rester seule à te rappeler durant des heures

Ce maudit passé : Ses gestes, Ses mots, et Son odeur !

Parfois tu hurle en silence dans ton cœur

Mais tu refuse de lâcher la moindre petite larme ;

Tu trouve peut être que cette dure labeur

Te rend plus forte, et qu’elle est ta seule arme ?

Mais prend garde Petite Conne à ne pas assécher

Ton cœur en gardant tes larmes parmis tes secrets.

Surtout fait bien attention Triple Idiote, à ne pas oublier

En cherchant à être trop forte la petite fille que tu étais... »

Moi aujourd’hui :

« Oui, je me rend compte que j’ai batie un mur,

Qui assèche mon cœur de jours en jours,

Mais vois tu ,je crois qu’il est ma seule armure

Pour que j’arrive à croire en l’amour...

Alors il faudrait s’il te plait,

Que toi l’enfant que j’étais ;

Tu arrive sincèrement à me pardonner

Pour les larmes que je refuse de verser,

Pour la vérité que je n’est pas voulue toute dévoiler,

Et pour chacunes des conneries que j’ai faites ;

Mais aussi pour celles que j’ai dans la tête

Et que peut-être un jour par peur j’accomplierais... »

Missy

Je viens te parler…

Je viens te parler

De cette Liberté

Que tu m’as violement arraché

Cet horrible soir d’été ;

Je viens pour te conter

L’histoire d’une enfant humiliée

Par tes actes de lâcheté

Ceux que tu as si difficilement avoués ;

Je viens t’informer

D’une vie brisé

D’une femme apeurée

Par un homme « raté » ;

Je viens t’expliquer

Les cauchemars cachés

Les sursauts répétés

A cause d’un taré ;

Je viens pour te dire

Tous ses éclats de rires

Que tu as fait partir

Pour ton plaisir ;

Je viens t’annoncer

Ma nouvelle vie qui commencée

Et que tu vas peut être briser

Par tes souvenirs incrustés ;

Mais je tiens à te préciser

Que maintenant tout a changé

J’ai peur, mais je me sens protégé

Par un tit Homme qui veut m’aimer ;

Ainsi aujourd’hui je te préviens

Contre moi, tu ne peux plus rien,

Ta nouvelle vie tu vas la payer

S’il le faut au prix de ma LIBERTE

Missy

23/05/07

1h27

…Trop Dur…

Ce soir, je me meurs lentement,

Je dit « Adieu » à la vie,

Car depuis bien trop longtemps

Je chante, et ne sourie

Que pour planquer

Mon envie de pleurer!

Dite à l’homme qui prenais soin de moi,

« Surtout ne le prend pas pour toi… »

Dit lui Qu’il n’y est pour rien s’y j’ai pleuré,

Qu’il ne peut rien contre mon âme souillée,

Qu’il n’effacera jamais le passé,

Qu’il ne lavera jamais mon corps humilié

Qu’il ne réparera jamais mon cœur brisé,

Qu’il ne me fera jamais plus parler…

Ne m’en voulais pas

Si ce soir, juste là,

Je pète les plombs en silence

Et que je continu mon errance…

Expliqué à ceux que j’aime sincèrement,

Ceux que je connais depuis que je suis enfant;

Ces amis de la vie, ceux qui m’entoure d’amitié;

Que je les remercies de m’aimer, de m’aider;

Mais qu’ils ne pourrons jamais comprendre

Et que ça serais bien trop long de leur expliquer;

Dite leur que la vie, c’est trop dur de l’apprendre

Avec certains instants dégelasses du passé…

Comprenez moi avant de me juger…!

De toutes façons, moi choix est fait,

Alors finalement dite ce que vous voudrez,

Et comprenez plutôt ce que vous préférez…

Dite à ma si chère et tendre petite sœur;

Qu’elle reste à jamais dans mon cœur…

Dite lui que ses sourires son sûrement

Les seuls à me rappeler l’enfant

Turbulente et joyeuse que j’été;

Cette petite fille que j’aimais…

Ne pleurez pas sur mon cercueil,

Faite plutôt vite mon deuil.

Je ne veux aucuns hypocrites sur ma tombe,

Non, surtout pas de fausses larmes sur mon ombre…!

Dite à ma tendre grand-mère

Que mes souvenirs sont trop amers,

Et que je n’ai pas eu son courage,

Pour traverser tous les âges…

Dites à mes tendres parents qu’ils sont géniaux,

De m’avoir aidé et soutenus a travers mes maux..

En repensant à moi, ne soyez pas tristes,

Ou alors tachez d’être de bons artistes

Afin de cacher votre peine aux autres,

Et souvenez vous que ça n’est pas leur faute

Si je ne suis plus là aujourd’hui,

Si je n’ai pas supporté la vie…

Dite a ma grande sœur que je suis attristé

De ne jamais avoir eu cette complicité

Qu’avec elle j’ai souvent rêvé,

Celle que j’ai souvent imaginé…

Dite à son mari qu’il est attachant, et aimé

Et qu’il lui a donné le plus beau des bébés..

Tachez de protéger cette enfant

Contre la dureté du temps…

Dite a tous ceux qui sont attristé

De me voir ainsi m’en aller,

De ne surtout pas être amère

Car je vais retrouver mon grand-père

Et enfin simplement,

Dite discrètement

A ceux qui pensent que je me suis suicidée

Qu’ils ne savent pas me comprendre ni m’écouter..

Dite leur que je ne voulais pas mourir,

Mais que c’est la vie qui m’a poussée au pire…

Missy

...Je haïs ces années...

Comment cacher la souffrance?

Comment planquer l'espérance?

J'ai mal à en mourir,

J'ai mal à en vomir...

Pleurer en riant

Parler en s'étouffant

Et encore tant de sentiments

Qui rendent le coeur blessant...

La cicatrice est encore saignante

La plaie reste toujours béante,

C'est si difficile parfois

De surpasser cette loi

Si respecté et tellement suivie

A telle point qu'elle brise des vies:

C'est TOI, loi du silence,

Souffrance à outrance...!

Je haïs le passé

Je haïs ces années

Ou j'ai crié et hurlé en silence

Ou j'ai pleuré mon enfance...

Missy

15 mai 2006

…Confrontation…

« Je suis la petite fille cachée

Celle que tu as mise de coté

Et je viens te hanter

Pour que tu ne m’oublie jamais

Il y a bien trop longtemps

Que je suis dans le vent

Je refuse que tu oublis ton sourire

Et chacun de tes éclats de rire

Il est impossible évidement

Que tu remonte dans le temps

Mais souviens toi a présent

Que ton futur ce joue maintenant…

Je ne sais que trop bien que tu as mal à l’intérieur

Et qu’il y à tellement de soirs ou seule tu en pleure

Mais cesse de cacher tes larmes sous ce faux visage

Car tu sais qu’au fond de toi c’est un carnage… »


« Mais qu’est ce que tu me raconte la?

Ca n’est pas vrai tu ne sais pas!

Tu ne connais rien de la douleur que je traîne

Et encore moins de cette putain de haine.!

Tu ne sais rien de celle que je suis devenue

Ca n’est pas moi, c’est toi qui seule t’es perdue

Je n’est pas pus te mettre si longtemps de coté,

C’est toi qui m’a lâchement abandonnée …!

Toi est moi, ont s’est séparées

Un horrible soir de vacance d’été

J’été sur ce balcon terrifiée

Et tu n’est pas venue pour m’aider!

Tu aurais du me porter secours,

Moi qui croyais en l’amour;

Au lieu de ça tu a pris la fuite

Et aujourd’hui voilà la suite!

Regarde le résultat de ta lâcheté :

Une jeune femme paumée

Qui fais sans blanc d’être aimée

Mais qui ne peut pas y arriver… »


Missy

27/07/2005

À 22h5

...Mal...

IL a serré mon poignet si fort

Que j'ai cre qu'IL allé le briser,

Il voulait d emoi des "encores"

Mais n'a eu que des "pitiés"...

Malgré mes larmes qui coulaient

IL n'a pas pour autant arrété,

Des ses mains IL m'a blessait,

De ses mots IL m'a humiliait;

C'est surement vr qui LE fesait bander

De me voir ainsir entrain de pleurer!

Puis, j'ai séchée mes larmes

Pour sortir quelques armes

Les seules qui me restaient

Avant de m'effondrer...

Je LUI ai demandée "ARRETE"

Mais IL à pourtant continué,

Alors même si je n'été pas prète

Je me suis laissée crever

Sous sa violence démesuré,

Sous ses mots tellement blessants,

Sous ses gestes si affligeants

Simplement sous sa lacheté...

Missy

20/08/2005

à 00h52

… Envie de…

Ce soir j’ai envie de parler,

Mais dans le fond, que raconter… ?

Ce soir, j’ai envie de pleurer,

Mais comment arriver à tout lâcher… ?

Je ne supporte plus cette crainte

Qui est au fond de mon cœur,

Planquée comme une plainte

Cachée sous tant de terreur…

Les cahiers de ma grande sœur

Sont remplis de dessins de cœur,

Les miens sont quant à eux gâchés

De traits tous griffonnés,

De maux tous emmêlés,

Et de phrases pleines de lâchetés…

Mes feuilles, elles, ne sont pas tachées

Car mes larmes ne savent pas couler ;

Mais mon cœur, lui, est tout abîmé

De tant de douleur

De tant de peur

Et de tellement de méchanceté…

Missy

...P'tit Boudin...

Une petite fille de 8 ans

Avec de grands yeux d'enfant,

Un p'tit bout d'choux qui grandit

Et qui cherche sa place dans la vie.

Comment lui expliquer simplement

Qu'elle va vivre dans un monde de grands

Qui est rempli de dangers,

Elle qui joue encore à la poupée?

Comment trouver les mots

Pour lui expliquer CE passé,

Pour tout lui dire comme il faut,

Et qu'elle arrete d'angoisser...?

Je suis sa grande soeur

Et je crée son malheur

Moi qui voulais tant la protéger,

J'aurai tellement du lui expliquer

Au fur et a mesure ce qui se passé;

Mais ,une fois d eplus, j'ai échouée...!

Et si aujourd'hui elle va si mal

Ca n'est vraiment pas normal!

Je lui ai transmie ma méfiance

Et avec, toute ma souffrance;

J'aurai du y faire plus attention!

J'ai faillie à ma tache, dans le fond

Je ne mérite pas qu'elle m'aime

J'ai été tellement nule avec elle..!

Je l'aime pourtant de tout mon coeur

Mais je suis une bien mauvaise grande soeur...!

Pardonne moi un jour si tu le veux bien

Et n'oublie pas : Je t'aime mon p'tit Boudin!

Missy

Le 24/09/2005

à 00h51

… Si un jour…

Alors peut-être...

Si un jour vraiment tu as eu mal,

Alors peut être peut tu me comprendre ;

Si un jour vraiment tu t’es senti sali,

Alors peut être que tu peux m’entendre…

Si tu as déjà croisé la douleur,

Si tu as déjà côtoyé la peur

Alors tu peux sûrement m’écouter

Mais certainement pas me raisonner…

La crainte, la douleur, la haine, la souffrance

Ou encore la violence ne s’oublie jamais !

Elles restent là, cachant l’enfance

Qui hélas elle disparaît…

Je voudrais tant oublier,

J’aimerais tellement rêver…

Si un jour vraiment mon enfance disparaît

Alors peut être qu’avec elle je fuirais…

Missy

Hommage..

ce soir, mon coeur combat les démons du passé,

Ceux qui s'acharnent à me faire trembler,

Ceux qui cherchent à me faire pleurer,

Ceux qui un jour me feront tout lacher...

mes yeux auraient envie de libérer des larmes,

Et mon coeur voudrait lui poser les armes,

Mais mon ame à quant a elle bien trop peur

Et ne laisse échapper que la douleur...

J'ai l'impression d'avoir eu complètement tords,

J'ai tellement honte d'avoir ordonnée la mort

De cette petite jument

Qui m'as connue enfant,

Et m'a vue grandir, en écoutant ma peine,

En séchant mes larmes, en calmant ma haine..

Je m'en voudrais à jamais

De l'avoir lachement fais tuée...


A toi ma douce Rita...

Qui me manque terriblement...

Ne m'en veux pas

Je ne sais pas faire sans blanc...

Tu sais a quel point je t'aimais

Et bien ca ne changera jamais...

Missy

23h19

8/05/2005

...MARRE...

Le nuit est tombée

Le ciel s'est voilé

L'insomnie revient

Remplis de "petits riens"

Les cauchemards réapparaissent

Et avec eux tout le stress

De SA prochaine sortie

Celle qui reste sans date

Et qui crée tant de soucis

Dans nos coeur a nous quatre...

Tellement la trouille de LE voir réapparaitre,

Tellement la trouille de SA présence,

Tellement peur de toute SA violence

Qu'IL sait si bien faire transparaitre...

Quant IL à envie d'effrayer

IL à peut de question a se poser,

IL sait que pour nous son abscence

Est quasi aussi angoissance que SA présence.

IL sait à quel point

Chacune de nous LE craind

Et IL va jouer de SA grande personnalité

Pour une fois de plus nous salir, nous humilier!

IL ne sait que trop bien comment jouer de nos émotions

IL connait la manière, et sais prendre le bon ton

Pour blesser avec la plus grande discretion

Et percuader tout le monde de ses bonnes attentions....

IL à été assez malin pour réussir a tricher toute sa vie,

Avec ses femmes, ses enfants, sa famille, ses amis,

Et ont sait très bien au fond de nous

Qu'IL est dangereux et limite fou

Et que le jour de SA sortie

IL reprendra la guerre

Que rien jamais ne sera fini

Et que notre vie sera un enfer...

IL à réussi à détruir le passé,

IL brisera aussi le futur,

Rien ni personne ne l'arretera jamais

Ni ne percera son armure...

Missy

10/05/2005

23h01

Pour vous tous

Retrouver ce forum me fait du bien...

J'avais l'impresion d'avoir perdu les miens

En trouvant cette page vide l'autre jour,

Et de la voir a nouveau de retour

Me fait tellement plaisir..!

Ici on peut parler du pire,

On peut rire du meilleur,

On peut etre nous vraiment sans se cacher,

Ici, pas de raison d'avoir peur d'etre jugé.

Pas comme dans la vie de tous les jours,

Ou il faut faire semblant de croire en l'amour

Ou il faut faire croire que tout est joli,

Ou on fait paraitre que tout est fini...

Ici, c'est des amis, c'est une famille que j'ai trouvé,

Une famille beaucoup plus belle que celle que j'avait..!

Alors je vous remerci tous, et toutes

De parler, et d'etre a l'écoute!

J'embrasse tres fort les "anciens"

Et je propose aux "nouveaux"

De pas hésiter quand ca va pas bien

Car ici, malgrés la laideur, et les attrocités

De notre vie, de nos pensés,de notre passé,

Sur ce forum tout à l'air presque"beau"...

Missy

Ze vous aime!!!

…Penser…

Assise dans le froid du couloir,

Je repense à mes nuits noires,

Celles passées a pleurer,

Celles passées à me rappeler…

Le sombre de la pièce, et sa froideur

Me fait battre tellement fort le cœur,

En faisant remonter à ma mémoire

Chacun de mes affreux cauchemars,

Ceux qui continu à me faire trembler,

Ceux qui ne fond que me faire chialler…

Je hais ces soirs là,

Ou je ne pense qu’a CA !

Je déteste ces instants abominables

Ou pour moi tout est si détestable !

Missy

18/01/2005

23h15

…Trop Dur…

Ce soir, je me meurs lentement,

Je dit « Adieu » à la vie,

Car depuis bien trop longtemps

Je chante, et ne sourie

Que pour planquer

Mon envie de pleurer!

Dite à l’homme qui prenais soin de moi,

« Surtout ne le prend pas pour toi… »

Dit lui Qu’il n’y est pour rien s’y j’ai pleuré,

Qu’il ne peut rien contre mon âme souillée,

Qu’il n’effacera jamais le passé,

Qu’il ne lavera jamais mon corps humilié

Qu’il ne réparera jamais mon cœur brisé,

Qu’il ne me fera jamais plus parler…

Ne m’en voulais pas

Si ce soir, juste là,

Je pète les plombs en silence

Et que je continu mon errance…

Expliqué à ceux que j’aime sincèrement,

Ceux que je connais depuis que je suis enfant;

Ces amis de la vie, ceux qui m’entoure d’amitié;

Que je les remercies de m’aimer, de m’aider;

Mais qu’ils ne pourrons jamais comprendre

Et que ça serais bien trop long de leur expliquer;

Dite leur que la vie, c’est trop dur de l’apprendre

Avec certains instants dégelasses du passé…

Comprenez moi avant de me juger…!

De toutes façons, moi choix est fait,

Alors finalement dite ce que vous voudrez,

Et comprenez plutôt ce que vous préférez…

Dite à ma si chère et tendre petite sœur;

Qu’elle reste à jamais dans mon cœur…

Dite lui que ses sourires son sûrement

Les seuls à me rappeler l’enfant

Turbulente et joyeuse que j’été;

Cette petite fille que j’aimais…

Ne pleurez pas sur mon cercueil,

Faite plutôt vite mon deuil.

Je ne veux aucuns hypocrites sur ma tombe,

Non, surtout pas de fausses larmes sur mon ombre…!

Dite à ma tendre grand-mère

Que mes souvenirs sont trop amers,

Et que je n’ai pas eu son courage,

Pour traverser tous les âges…

Dites à mes tendres parents qu’ils sont géniaux,

De m’avoir aidé et soutenus a travers mes maux..

En repensant à moi, ne soyez pas tristes,

Ou alors tachez d’être de bons artistes

Afin de cacher votre peine aux autres,

Et souvenez vous que ça n’est pas leur faute

Si je ne suis plus là aujourd’hui,

Si je n’ai pas supporté la vie…

Dite a ma grande sœur que je suis attristé

De ne jamais avoir eu cette complicité

Qu’avec elle j’ai souvent rêvé,

Celle que j’ai souvent imaginé…

Dite à son mari qu’il est attachant, et aimé

Et qu’il lui a donné le plus beau des bébés..

Tachez de protéger cette enfant

Contre la dureté du temps…

Dite a tous ceux qui sont attristé

De me voir ainsi m’en aller,

De ne surtout pas être amère

Car je vais retrouver mon grand-père

Et enfin simplement,

Dite discrètement

A ceux qui pensent que je me suis suicidée

Qu’ils ne savent pas me comprendre ni m’écouter..

Dite leur que je ne voulais pas mourir,

Mais que c’est la vie qui m’a poussée au pire…

Missy

24/01/2005

22h15

…Encore un soir…

Comme beaucoup de soirs,

Il est bien encore loin l’espoir;

Celui de retrouvé la joie de l’enfance

Parlez en donc a ma conscience…

Même la musique de ma chaîne

Ne couvre plus son horrible chuchotement

Au creux de mes petites oreilles d’enfant;

Chaque soirs j’alimente cette haine

Tournée contre LUI, mais aussi contre MOI…

Je tremble a l’intérieur

Mais refuse de montrer mes peur;

Son odeur quant à elle n’a pas échappé a la loi

Du passé, ni même a celle du souvenir…

Il m’arrive aujourd’hui si souvent de haïr

Les odeurs des peaux qui se touchent, se frôlent

Comme si chaque mains jouaient encore le rôle

D’être là pour me salir, me blesser,

Me torturer, et même me rabaisser…

Quant aux lèvres qui se posent sur ma peau

Elles me font si souvent mal et j’en ai si peur…

Mais je cache au fond de moi ce fardeau

Pour apprendre à apprécier certaines heures;

J’ai tellement besoin de bras tendres, câlins et rassurants;

Pour oublier et dissimuler le passé, ne serai ce qu’un instant…

Missy

5/01/2005

00h18

…A Vous…

Mes yeux pleurs,

Mon cœur à peur…

Quelques larmes ont timidement coulées

Et l’on encore un peu plus vidées et asséchées,

Hélas voilà que plus rien ne sort…

On dirait que tout en moi est MORT!

Je compte les jours inlassablement

Et tremble de trouille à chaque instants;

J’ai si peur de ce qui va se passé

Tellement la trouille qu’IL soit libéré…

Il me semble que le procès,

C’est hier qu’il s’est déroulé;

J’entend aussi toujours ses chuchotement à mes oreilles

Et son Horrible odeur qui dans ma tête reste pareille…

Par pitié faite moi disparaître tout CA!

MERDE!!! Effacez ce cauchemar LA…!

Réunissez comme avant notre famille d‘antan

Permettez moi de redevenir enfant

Ne serai-ce qu’un seul petit instant

Pour pouvoir crier, montrer, et même hélas prouver

A tous les adultes de l’époque qui vraiment IL est;

Et qu’ainsi ont puisse toutes respirer un moment…

Missy

5/01/2005

00h07

Un nouveaux soir... de nouveaux maux

J'arrive pas à m'endormir,

Je veux juste écrire...

Sur les pages de Ma vie,

Je vois défiler des nuits

Remplies de larmes, et aussi de peur,

d'angoisse, de souvenirs, de pleures...

J'aimerais tant les échanger

Contre un peu de douceur,

Pour pouvoir juste une fois réver

A quoi ressemble le bonheur...?

Hélas, j'ai si peur de souffrir,

Que je n'ose pas laisser aller mon âme

De peur de verser d'autres larmes

Et de laisser mon coeur mourir...

Le chagrin est plus facile a cacher

Que l'amour, voilà la vérité...

Missy

23h25

2/11/2004

Souffrances

Je t’aime, mais toi, tu te joue de moi

Alors lentement, à petit feu

Je meurs dans l’ombre

De celui que je voudrais tant que tu sois…

Je me souviens de nous deux;

Je me rappel encore tellement de tes doux câlins

De la chaleur de ta peau, de la douceur de tes mains;

Je revois les promesses que tu m’avais faites,

Elles résonnent encore lourdement dans ma têtes

Comme dans une tombe!

Je t’entend encore les prononcer

Et je me revois même à t’écouter

Rêvant de cette tendresse que tu décrivais tellement bien

Quant tu parlais d’avenir, de mariage et surtout de gamins!

Puis du jour au lendemain

Entre toi et moi, plus rien!

Je n’ai eu pour seules explications que ton lourd silence;

Quoi de plus pesant pour marquer ta terrible absence?

Aujourd’hui alors que j’était résignée a tenter de t’oublier,

Voilà que tu reviens de plus belle pour me hanter

De dizaine de beaux mais lourds souvenirs,

De milles questions farfelues sur l’avenir,

De cents milles doutes sur celle que je suis

Et de tellement de douleurs encore sur ma vie…

En fait, je t’aime a en crever

Je sais que tu le sais,

Tu es loin de l’avoir oublié,

Pourtant, tu joues avec mon cœur abimé,

Et tu continu un peu plus a le blesser

Comme si tu aimais a me voir souffrir

Comme si tu désirer me faire mourir…

Mais peut être est ce CA qui te fait rêver?

Missy

15/11/204

À 23h31

A Nico…

…Méditation…

Voilà un moment que j’suis à ma f’nêtre

A penser à des « oui, mais peut être »

Qui pourraient embellir ma vie,

Ou rendre mon existence moins maudite…

J’repense à cette merveilleuse ponette

Qui à put me procurer tant de bien être

En restant près de moi, en étant mon amie;

Et même aujourd’hui qu’elle est partie,

Quant je pense a elle,

Je me sens rebelle!

Puis il y a eu aussi ce premier petit Mec,

Il m’a apprit l’Amour, grande découverte

Pour une ado qui pensait

Que aimer, c’était trembler;

Ou encore, que coucher

Était synonyme de baiser..!

J’avais du mal avec douceur et tendresse!

Heureusement pour moi, il à comprit ma détresse

Et il m’a aidé du mieux qu’il a put.

Aujourd’hui je doit bien reconnaître

Que j’été dure a vivre avec mon mal être

C’est pourquoi il est parti, et j’lui en veux plus!

Après lui, j’ai redécouvert encore

Qu’il existait d’autres aurores;

Ou je pouvais me sentir aimée,

D’autres bras qui pouvaient m’enlacer,

D’autre âmes pour m’épauler

D’autres cœurs pour m’aimer…!

J’ai découvert avec un autre homme

Que même si dès fois

Le moral est bien bas

Il faut garder espoir, et garder la forme!

Il m’a apprit que je pouvais

Donner de la confiance et de l’Amour

Que ça n’était pas un pêché

Même si ces instants ne durent pas toujours.

Hélas aujourd’hui chui a nouveaux seule;

La vie m’en veut on dirait,

Mais je veux pas perdre mon orgueil,

Ni ma façon de penser!

Cependant, j’ai peur à nouveaux de retomber

Dans le cercle du « J’veux être aimé »

De refaire encore des trucs que j’pourrais regretter

Et qui vont faire que j’vais encore plus me dégouter…

.. La vie d'une enfant...

je vais vous conter l'histoire

D'une petite fille sans espoir...

Sous son air gaie mais sauvage

Son coeur est lourd de tristesse,de larmes,et douleur;

Voilà bien trops longtemps qu'elle cherche le bonheur;

En sachant que certaines pages

Sont plus longues et dures a tourner

Tant elles sont pleines de dures vérités...

Elle sait bien même

Que pour certaines

Il n'y aura pas assez de temps,

D'années, de jours et d'heures

Pour gommer les traits noir du malheur...

Il arrive parfois qu'en rêvant

Elle s'imagine quitter la terre

Se voyant même survoler la misère;

Idéallisant les seuls rares moments de douceur

Et de tendresse qu'elle a connue...

Juste quelques courts instants vécus

Sans penser au dégout, à la honte, et a la peur,

Ces moments chauds et appaisants

Qui lui ont permit malgré la douleur, de se confier

Sans peur de ne pas être crue, ou d''être jugé...

Hélas la vie n'est pas si belle, si douces et si facile...

Et le Bonheur, quant à lui; est loin d'être docile...

... Mon petit loup garou...

J'ai voulu croire la dernière fois

Que c'était elle et non pas toi,

Cependant elle a employé

Des mots qui m'ont touchés;

Ce genre de mots terribles qui blesses,

Ceux qu'il vaut mieux que je délaisse...

Je me demandais comment

Mon tendre et cher loup garou sauvage

Pouvait devenir en un instant

Si blessant, et faire un tel carnage...

J'ai pleuré toute la nuit

En repensant à nos doux et terribles secrets,

Ainsi qu'a nos folles envies,

Celles qui nous ont fait tellement révé!

Je crois que je ne me suis jamais permise de juger cette femme,

Mais ce qu'elle m'a fait était humiliant et stupide;

Elle a été pareil a une enfant immature et puérile

Et pourtant, elle m'a tout de meme fait verser des larmes!

Missy

8/09/2004

à 10h25

...Angoisse... souvenirs...

Je voudrais tuer l'angoisse,

Celle du temps qui passe,

Ces journées a rigoler,

Ces soirées a repenser

Aux souvenirs qui restent indélébiles

Malgré toutes les années qui défilent...

La peur du futur qui va arrivé,

La trouille du passé pas terminé,

La crainte des actes vécus,

L'horreur des images revues...

La drame d'une vie humiliée

Par un "homme" plein de lacheté

Qui a voulu faire de nous ses poupées

Pour assouvir ses désirs présents,

En se fichant pas mal des dégats cosés,

Sur nos coprs et nos coeurs d'enfants...

...Pleurer...

Je voudrais Pleurer,

Laisser mon visage s’inonder

Voir mes larmes rouler,

Et sur mes lèvres s’écraser... !

Sentir mes joues se réchauffer,

Et s’humidifier de cette eau salée...

J’aimerais que mes yeux se vident,

Que la douleur suive la ride

Qui va du cœur aux pupilles,

Pour que mon âme se vide...

Que les maux sortent en gouttes,

Et que lentement elles suivent la route

Qui les mènes de mes yeux a mes lèvres,

Pour qu’ENFIN la douleur s’achève... !

J’ai besoin ce soir de faire une trève,

De m'endormir pour une fois,

sans avoir a penser a « CA » ;

Et cette nuit combler mon cœur de rèves,

Qu’en me levant mon ames est refait le plein,

Pour qu’il y ait encore d’autres lendemains...

Missy

le 27/07/04

...Blessure...

Ce soir, j’ai trop de choses a dire,

Alors, je vais me forcer a écrire ;

Pour pas me taire,

Affronter ma colère,

Ma peine, ma peur, ma souffrance ;

Pour qu’enfin vienne la délivrance...

J’ai peur de passer ma vie entière

A courir après le bonheur et la joie,

Peur aussi à force de me taire,

Et de faire semblant d’être heureuse

Que jamais mon cœur ne s’apaise,

Et que je ne sois plus moi !

J’ai mal a force de me cacher ;

J’ai cette impression horrible

D’être tellement morbide

A force de pas réussir à chialer !

Putain ce que ca fait mal l’indifférence ...

Je sais qu’Elle est ma plus grande souffrance... !

Souvent, j’en veux a la terre entière,

De pas voir ma peine et ma colère,

D’igniorer ma culpabilité et ma souffrance,

De pas comprendre mes larmes et ma méfiance ... !

Missy

le 23/07/2004

à 23h15

...Faire croire...

C’soir c’est le 14 Juillet ;

Feu d’artifice et fête a volonté,

Pourtant mon cœur n’est pas si joyeux

J’crois qu’il a peur d’jamais être heureux... !

A force d’chercher à faire la dure

D’me cacher sous mon armure ;

J’deviens encore plus fragile à l’intérieur

Et j’finie même par réussir à m’faire peur !

P’tain c’que j’peût être Conne

De t’jours vouloir me surpasser ;

Chaques fois qu’jentend « T’es bonne ! »

J’pense « Ca y est, IL va me blesser ! ».

Et alors par bétise ou par peur

Pour surpasser mes pleurs,

Pour surtout pas m’mettre a chialler

Ou encore pour pas fuir,

J’arrive a faire semblant d’être bien !

J’cache sous mes rires

Ma trouille et mes envies d’dégueuler ;

Pour pas broyer du noir,

Pis surtout pour faire croire

Que malgré mon passé, j’ai peur d’rien !

Missy

le 14 Juillet 2004

à 20h19

...Plus personne à Aimer...

Me v'la a nouveau célibataire

Plus une épaule pour m'appuyer,

Plus aucun bras ouvert pour pleurer,

Me rev'la seule face a ma misère...

Je ne lui en veux pas,

Pas plus que cela,

Je me doutait que ca ne pouvais pas durer ,

L'amour, malgré mes efforts, part en fumée...

A croire que pour le bonheur

On a tous une certaine heure,

Et que la mienne n'est pas encore venue.

Faut dire que les rêves du prince charmant

Doux, tendre, calin affectueu et aimant

Y a déjà bien des années que j'y crois plus !

Certains sont peut etre doué pour l'Amour,

D'autre pour la tendresse tout cours ;

Bref, chez beaucoup y'a des petits brins de bonheur ;

Chez moi, ont dirait qu'il reste toujours que la peur...

La peur d'être touchée, et aimée,

Mais aussi celle d'être abandonnée.

Quant je me sent aimée,

Chui plus forte que jamais,

Mais quant l'Amour part un matin,

Alors a nouveaux, chui plus rien...

Missy

Le 15/07/2004

à 20h12

Triste Compensation

Cet argent qui va m'être versé

J'vais m'en servir pour réaliser

Un peu de mes rèves rescapés ;

Ceux qu'IL n'a pas pu détruire ,

Ceux que je ne veux pas fuir,

Ceux que j'ai envie d'réaliser !

Faire des études, avoir un métier

Etre reconnue et respectée,

Et surtout dans notre société,

Les autres pouvoir aider !

Bien sur cet argent sale n'est pas le mien ;

Il reste malgré tout c'qu'IL me dois, le sien,

Mais si j'ai décidé de l'accepter

C'est pour LUI prouver

Qu'IL ne m'a pas entièrement brisée

Et que mes rèves j'vais les exauser !

Et même que c'est contre son grès

Avec cet argent qu'IL va m'y aider !

En gros, IL a détruit une partie de ma vie ;

Et même si j'en pleure chaques nuits,

C'est l'argent qu'IL gagne derrière les barreaux

Qui va m'aider, a son insu, à rendre mon futur plus beau.. !

Missy

le 16.07.2004

à 13h55

...De toi ...à Moi...

Je pense a TOi,

Loin de Moi,

Toi qui va mal, qui a peur...

J'aimerais pouvoir sécher tes larmes

Et calmer tout tes pleurs

Te donner, à mon tour, les armes

Pour te battre encore et toujours;

Pour te voir sourire et croire en l'Amour!

Je ne t'ai pas mentie sur mes sentiments,

Je tiens a toi depuis le 1er jours sincèrement.

Je peux me battre à tes cotés, avec toi

Mais je ne peux pas t'aider sans toi!

Tu m'as donné force et courage

Quand je voulais baisser les bras,

Tu m'as aidé à traverser ce carnage.

Quand je te disais que j'y croyais pas,

Tu me disais de pas abandonner

Alors a moi de te renvoyer la réplique

"Bat toi et cesse d'angoisser"

Dans le but que tu l'applique...!

Sache que Je t'aime fort....

Meme si c'est un tord...

Bisouss....

Missy

le 13/07/04

à 23h22

...Une promesse trop dure...

Pourquoi lui ai-je promis

De lui donner mon témoignage

A Elle qui à été mon amie

Durant cette année de carnage ?

Dix mois de cours difficiles

Et loin d’être une réussite,

Nous n’avons pas été très habiles

Alors aujourd’hui je prend la fuite... !

Je me suis battue durant quelques années

J’ai parlé, Pleuré, Tremblé jusqu’au procès ;

Je me suis battue pour moi même

En pensant toujours un peu a Elle...

Elle qui m’avait abandonnée

Après m’avoir poussé à parler... !

Bien sur je ne lui en veut pas,

C’était surement mieux comme ça...

Je sais qu’aujourd’hui il faudrait

Que je sois la pour l’aider,

J’aimerai être à ses cotés

Et pouvoir l’épauler !

Mais comment puis je me rappeler

Une fois de plus de nos si terribles secrets

Et pire encore de chaques détails de ces atrocités

Moi qui cherche encore a oublier... ?

Missy

le 1 Juillet 2004 à 13h17

A Jenny

...Contre MOI...

Si mes larmes coulent lourdement de mes yeux

C’est que je suis en colère

Mais c’est à moi seule que j’en veux !

Je suis tellement amère

De cette année qui vient de s’écouler ,

Et de voir ainsi mes rêves s’écrouler...

Et oui.. malgré tout, encore une fois,

Le Destin à eu hélas raison de moi,

Pourtant je sais que j’ai travailler,

Que je me suis battue pour y arriver

Même si mon espris vagabondait

Selon certaines heures ou journées !

Mais en revanche je sais avec certitude

Qu’au fond de moi, j’ai tout puisé

Et pourtant une fois de plus j’ai tout raté !

Je devrais prendre l’habitude

D’être née sous la mauvaise étoile !

Je devrais peut etre prendre les voiles...

Ma sœur avant moi a tout réussi,

Ses études, et en générale sa vie...

Elle peut être la fierté de mes tendres parents,

Surtout aujourd’hui qu’elle porte un enfant...

Cet enfant que peut être je n’aurais jamais,

Ce Bonheur que je ne fait qu’imaginé...

Nous sommes si différentes toutes les deux,

Parfois même, timidement je lui en veux

De trouver que tout ce Bonheur qu’elle à est banale...

Pendant que moi, sa petite sœur, secrètement, j’ai si mal...

Missy

Le 8/07/2004

à 21h18

...Stella..

...A TOI ma tendre grande sœur,

Que j’aime de tout mon cœur...

Mais qui malheureusement ne s’apperçoie pas

Et plus encore ne cherche surtout pas

A comprendre ce qui me fait tant de mal...

Toi qui pourtant travail dans le social,

Et passe ses journées

A aider des étrangers !

Alors que moi, tu ne me tend jamais une main...

Je sais que ca n’est pas par méchanceté,

Mais par simple peur de faire CE pas ;

Pourtant comme Tu peut me blesser

De ne pas oser me prendre dans tes bras...

Mais peut etre finira tu par le faire demain...

Oui, je ne veux pas perdre espoirs,

Car Je sais au fond de moi croire

Que nous sommes assez proches et complices

Pour partager la joie de ton futur fils...

Ce merveilleux bébé qui peut-être une fois né,

Nous permettera encore plus de nous rapprocher

Et de devenir enfin ; en plus de deux sœurs ; des amies,

Qui parlerons de leurs peines, leurs colères

Et de tout ce qui pourra les rendre amères,

En plus de leurs joies, ou de leurs difficultées

Et qui sauront vraiment partager avec sincérité

Chaques minutes, chaques instants de leurs vies...

Missy

le 11/07/2004

à 20h50

...Peur...

Il parrait qu’IL aurait réussi à cacher

Tout un tas de documents secrets ;

Je sais qu’on pourrait se croire

Dans un horrible roman noir

Ou encore dans une série télévisée,

Mais hélas ca n’est que la triste réalité... !

L’autre fois,

Elle et moi,

Nous avons partout cherchées,

Retournées le garage entier

Dans le but désepéré

De pouvoir retrouver

Ce qu’IL dit avoir caché !

Mais pourtant une fois encore

IL parrait avoir gagné... !

Je voudrais le savoir mort

Pour arrêter de trembler

Chaques fois que je pense au passé,

Au présent ou pire encore, au futur...

LUI n’est rien de plus qu’une ordure

Qui me torture depuis quelques années ;

Et Moi je suis la conne qui a toujours peur

De ses gestes, de ses mots, de son odeur...

Chaques jours IL continu de me faire pleurer !

Dès que j’évoque ses souvenirs

Je me vois encore entre ses mains trembler

Et ressentir ce dégout à vomir... !

Missy

Le 10/07/2004

à 22h14

...Dialogue avec l’enfant que j’étais...

Enfin la petite fille que j’étais

Ce soir timidement m’a parlée

Avec sa rage, sa douleur et sa peur...

Et moi au milieu de Ses pleures,

L’adulte que je suis devenue

S’est sentie un peu perdue.

Mais tout de même soulagé

De voir cette enfant résussiter.. !

La petite fille que j’étais :

« Petite Conne devenue grande, tu es incapable de pleurer

Triple Idiote, cesse donc de sourire toi qui ne peut pas parler,

Ton cœur reste vide et asséché,

Ta bouche aussi demeure fermée...

Tu refuse de tous ceux qui te tendent la main

Toute l’aide qu’ils te proposent et leur soutient !

Tu préfère rester seule à te rappeler durant des heures

Ce maudit passé : Ses gestes, Ses mots, et Son odeur !

Parfois tu hurle en silence dans ton cœur

Mais tu refuse de lâcher la moindre petite larme ;

Tu trouve peut être que cette dure labeur

Te rend plus forte, et qu’elle est ta seule arme ?

Mais prend garde Petite Conne à ne pas assécher

Ton cœur en gardant tes larmes parmis tes secrets.

Surtout fait bien attention Triple Idiote, à ne pas oublier

En cherchant à être trop forte la petite fille que tu étais... »

Moi aujourd’hui :

« Oui, je me rend compte que j’ai batie un mur,

Qui assèche mon cœur de jours en jours,

Mais vois tu ,je crois qu’il est ma seule armure

Pour que j’arrive à croire en l’amour...

Alors il faudrait s’il te plait,

Que toi l’enfant que j’étais ;

Tu arrive sincèrement à me pardonner

Pour les larmes que je refuse de verser,

Pour la vérité que je n’est pas voulue toute dévoiler,

Et pour chacunes des conneries que j’ai faites ;

Mais aussi pour celles que j’ai dans la tête

Et que peut-être un jour par peur j’accomplierais... »

...Photo..

Ce soir jai envie d’écrir,

Mais je ne sais quoi dire...

Trop de choses a exprimer,

Un trop plein du passé

Qui resurgi de ma tête et de mon cœur

Et qui une fois de plus, me fait peur...

Il à suffit d’une simple photo

Pour troubler la fin de ma journée

Fâcher chacunes de mes pensées

Et faire ressortir bien des maux...

Pourtant elle n’est rien d’autre

Qu’un morceau de papier glacé

Ou sont apposé des personnages...

Que j’aimais...Lui entre autre...

Et moi, enfant qui rie aux éclats

Montée sur SES genoux que je hais...!

A coté de nous, Nous regarde, assit ;

Son gros chien...Merveilleuse Heidie....

Aujourd’hui encore même a mon age,

Je me souvien de cette après midi là.. !

TU venais si rarement

Que c’était à chaques fois

Le même envoutement

J’aimais tant jouer avec toi...

Comme je m’en veux encore

De TE porter autant d’estime et de respect

A TOI qui ne fait aucun effort

Pour te faire pardonner de tout ce que tu as brisé

De la petite fille souriante et réveuse que j’étais

Et que chaques jours je continue de chercher,

Car je refuse aujourd’hui encore d’oublier

Cette petite fille si insouciante que tu as tuée... !

Missy

a LUI

le 17/06/2004 à 23h24

...La vie...

Je n’ai a peine que vingt ans

Et je sais presque avec certitude

Que je n’aurais jamais d’enfant,

Je resterai seule avec ma solitude...

Cette maladie à envahie ma vie

Qui depuis s’en va petit a petit,

Lentement, dans le silence, sans un bruit

Un peu plus chaques jours, elle s’enfuie,

Dans l’ombre de mes rires et le secret...

J’ai si peur de se qui pourrais arriver...

Rien ne se vois sur moi,

En apparence aucun dégât...

J’ai honte d’avoir pensai

Durant des mois et des mois

Que la vie me dégoutait

Et qu’elle ne me plaisait pas !

Honte aussi qu’il m’ai fallu

Tant de temps pour m’en sortir

Pour que je ne pleure plus

Chaques soirs

Dans le soir...

Pour que je ne pense presque plus au passé

Mais plutôt à mon avenir... !

Et aujourd’hui que je veux en profiter

Il est presque trop tard !

Alors OUI j’en ai marre,

De tous ces maudits ennuis ;

Mais surement pas de la vie... !

...IMPARDONNABLE...

Je refuse de craindre à tout jamais

MON futur à cause de CE passé ... !

Celui que tu as brisé et détruit

Par tes gestes minables,

Ton attitude détestable,

Et TA putain de sale folie ...

Tu as brisé à chacunes de nous toutes

Nos rêves de petites filles fragiles,

En fesant naître en nous le doute,

Pour essayer de nous rendre dociles

Afin d’arriver sur nous à asseoir

Le plus longtemps possible ton pouvoir...

Aujourd’hui, je ne te haïs plus vraiment

Pourtant, tu me fait si peur...

Je craind plus le passé que le présent

Et, si régulièrement je pleure,

C’est que un peu paradoxalement

Je m’en veux tellement plus qu’à TOI...

Je m’en veux de quoi très exactement... ?

Je ne sais pas, peut être juste d’être MOI ;

Ou plutôt d’avoir étais cette enfant

Que tu as abusée si facilement tant physiquement

Par tes gestes ; que par tes mots, mentalement ;

Et qui n’a pas su te dénoncer au bon moment

Afin de protéger celles qui chez toi vivaient...

Je m’en veux de ne pas avoir trouvé le courage

De pouvoir plutôt en parler, pour les protéger...

Et ne me dite pas que c’était mon jeune âge

Qui m’a empéché de m’exprimer... !

NON ! C’est juste que je n’ai pas trouvé

La force et le crant

De raconter, de hurler, de dénoncer

Au bon moment...

Hélas, j’aurai pus,

Si j’avais voulu

Leur épargner peût-être

Quelques mal être...

Mais ma trouille m’a empéchée

D’en parler pour les aider...

Je suis plus qu’inexcusable,

Et même Impardonnable... !

...Encore une fois...

Cette nuit encore une fois, j’ai révée,

J’ai revue une partie de mon passé ,

Et pire encore, en plus de l’avoir revue,

J’ai eu à nouveau peur, je l’ai revécue...

Je me lasse de tous ces Putains de sentiments ;

Marre de revivre CA aussi régulièrement !

Je ne demande pas grand chose pourtant,

Uniquement de vivre comme mes amis,

De pouvoir rire, m’amuser ; simplement

De penser au futur et non sans arrêt à LUI !

MARRE de pleurer seule la nuit en silence !

MARRE d’avoir peur dans le noir !

MARRE d’avoir mal chaques soirs !

MARRE d’en avoir marre en fait je pense ...

Je voudrais juste être une jeune fille normale,

Qui n’a pas peur des mots, des gestes constament

Et Qui ne craind pas les autres régulièrement,

Puis qui ne pense plus a CE passé anormal,

Mais plutôt qui rêve d’un futur banal

Loin de toutes ces putains de mascarades !

Missy

A LUI

le 1 Juin 2004

à 9h55

Un Chagrin d’amour...

Un chagrin d’amour,

C’est pleurer seule en silence,

C’est se souvenir du passé,

C’est ne pas oser en parler,

C’est prendre son mal en patience...

Un chagrin d’amour,

C’est se souvenir seule dans le noir,

C’est serrer un ours contre son cœur,

C’est lui téléphoner en pleure,

C’est ne pas mettre ses souvenirs aux placard...

Un chagrin d’amour,

C’est le voir toujours sourire en photo,

C’est l’aimer pour le bien et le mal,

C’est le trouver toujours aussi beau,

C’est des fois vouloir se tirer un balle...

Un chagrin d’amour,

C’est se rappeler du passé,

C’est vouloir l’oublier,

C’est refuser de tout effacer,

C’est espéré un jour recommencer...

Un chagrin d’amour,

C’est le voir dans une autre vie,

C’est le penser dans les bras d’une autre,

C’est l’imaginer dans un autre lit,

C’est ne pas vouloir admettre ses fautes...

Un chagrin d’amour,

C’est lui écrire indéfiniment,

C’est pleurer sur les souvenirs,

C’est lui dire « je t’aime infiniment »

C’est vouloir le voir revenir...

Un chagrin d’amour,

C’est ouvrir chaques matins les yeux

C’est se tourner dans le lit,

C’est voir que l’on est plus deux,

C’est pleurer de reconnaître que tout est fini...

Un chagrin d’amour,

C’est essayé de l’oublier dans d’autres bras,

C’est refuser d’admettre la vérité,

C’est pleurer quelqu’un qui ne reviendra pas,

C’est ne pas reconnaître ce qui c’est passé...

Un chagrin d’amour ,

C’est pareil adulte ou enfant,

C’est inexplicable aux amis,

C’est toujours aussi surprenant,

C’est ce qui peut presque gâcher une vie...

Missy...le 10-04-2003 à 23h08

...Encore penser...Encore pleurer...

Je n’arrive pas à me concentrer,

Je n’arrete pas de repenser

A ce passé si loin et si proche

Sur lequel je me fait tant de reproches...

Je m’en veux de tant de choses

De ce qui avec LUI c’est passé

De ce qu’après, j’en ai pensée

Et d’encore tant de sentiments que je n’ose

Ni avouer, ni reconnaître, ni accepter...

Je suis perdue dans chacunes de mes pensées,

Dans tous mes rèves je suis appeurée ;

Et pourtant je n’arrive plus à en parler... !

Durant le long temps de l’enquète et du proces

J’ai parlé de CA en étant tellement détachée,

Comme si je racontée une histoire

Que j’avais lu dans un grimoire...

Et puis, après que le jugement soit tombé

Je me suis murée dans un silence

Cherchant à me protéger je pense ;

Je l’ai si souvent revécue, sans en parler

Et pourtant, c’est toujours sur lui que j’écris

Pourquoi malgré moi, je pense encore a LUI... ?

Missy 10/05/04 à 10h45

...Elle...Lui...Nous...

Sa vie a été une crainte pendant plus de 15ans

Elle avait peur de LUI a chaques instants

Elle tremblait a l’idée de ses mains,

Et pleurant en pensant au lendemain...

Nous, durant toutes ces années,

Nous n’avons rien remarqué...

Puis IL s’en ai prit à une autre,

Sans que personne ne voit ses fautes !

Jusqu’au jour ou IL à touché a moi,

Sans penser que d’ici un jour, un moi,

Je sears loin de son corps et de son odeur,

Qui hantent encore mes nuits de peur... !

J’ai eu la chance dans mon maheur d’être encadrée

Par une grande famille que je pensais bien soudée,

Mais qui pourtant en quelques années

S’est vue divisée, disputée et déchirée ;

Avec d’un coté ceux qui nous on crus

Et les autres qui eux n’ont pas voulus...

Mais aujourd’hui , nous sommes en sécurité,

LUI est loin de nous toutes, caché, enfermé !

Hélas, un jour prochain IL va ressortir...

C’est pourquoi j’ai si peur mon avenir...

Missy 10/05/04 à 11h24

...Entre amis...


Nous avons passé une très bonne soirée,

Une fois de plus, je les ai fait tous rigoler,

Et une fois encore en rentrant je vais pleurer

Seule dans mon grand lit sur le passé...

Evidemment ils ne peuvent rien

Contre mes larmes et mon chagrin ;

Bien sur qu’ils connaissent mon histoire

Mais ils sont loin d’imaginer mes déboirs...

Je ne leur en veut pas,

Au contraire, loin de là ;

Je les aime chacun pour ceux qu’is sont

Avec leurs cotés agréables et les moins bons ;

Pourtant, si vous saviez comme j’aimerais

Au cours d’une de nos supers soirées,

Qu’ils s’appercoivent à quel point mon passé

Me fait toujours peur, mal souffrir et pleurer...

Missy Le 23/04/04 à 0h53

Pauvres rimes...

Logiquement Amour rime avec toujours,

Or, il y a un problème chez moi

Qui me cause beaucoup de tracas ;

En effet, Aimer rime avec Jamais,

Espérer avec pleurer,

Sourire avec Mourir,

Sincère avec Amère,

Merveilleux avec douloureux,

Espérances avec souffrances,

Passé avec cacher,

Et pire encore, Bonheur

Rime chez moi avec Malheur...

Alors, vous tous, amis, ennemis,

Et peut être d’autres que j’oubli,

Dites moi où trouver la solution a ce problème

Qui cause dans ma pauvre vie tant de peine ?


Missy

10 Juillet 2000

0h32

LES MOTS

J’aime jouer avec les mots

Même si des fois c’est trop ;

Ecrire me permet de me libérer,

D’affirmer sur papier mes pensées,

D’exprimer mes doutes, mes pleures,

Mes Bonheurs, mes joies et mes peurs.

Si je me plaît à aligner des lettres,

C’est que je suis à la conquête

De tendresse, de rêves et de douceur,

Simplement pour essayer d’apaiser mon cœur...


Missy

21-11-2002

...J’Y PENSE ENCORE...

Je l’imagine derrière les barreaux,

Là bas l’air doit etre chaud

Et même sûrement trop...

Le temps doit rarement être beau,

Les journées tristes et monotones,

Avec toujours les mêmes personnes.

J’espère qu’en sortant il ne nous en voudra pas !

Même si c’est sa faute s’il est là bas

Je ne peut m’empêcher d’y penser

Et toutes les nuits d’en pleurer...

Même s’il nous à demandé pardon

Avec la voix étranglée

Les yeux baissés, et sur un drôle de ton

Est-ce qu’il le pensait ?

Après les « pourquoi » durant des années,

Je me demande aujourd’hui si sa sincérité

Eté honnête et si elle été vraie,

Où si une fois encore il jouait

A essayé comme il le fait si bien

De manipuler le juge et les jurées

Comme il a si bien su le faire avec les siens

Durant tellement d’années...


Missy

à ...LUI...

le 5/06/2003 à 12h45

« IL»

IL a écrit une phrase qui ne rime à rien,

En effet, IL a oser marquer

Sur cette carte de papier :

« Les images sont comme les paroles... »

IL veux vraiment nous rendre folles ;

En écrivant ces lignes

Qui pourraient le rendre digne ;

Car IL rajoute après ces mots

Un truc qui a mon avis est faux

« Tu peut y voir ce que tu veut bien. »

IL essai de faire douter sa mère

De Cette Vérité tellement Amère...

Mais cette dernière à bien comprit

Que ce n’était pas nous qui avions menties...

Missy le 4/08/2003 23h50

CACHER

Au fond de mon cœur,

Se cache une peur

Chose inexplicable

Je suis incapable

De dire ce que c’est,

Pourtant je le sais

C’est LUI qui l’a fait.

Un « beau » soir d’été ,

Pendant que tout le monde riait,

Moi, je ne faisais que pleurer.

Je voudrais vous expliquer

Que ce monde est imparfait...

En cette soirée d’été

Toutes mes larmes j’ai versé

Et pour le futur,

Ca sera plus dur !

Mais dans mon cœur, j’ai gardé

Des larmes, misent de coté

Pour l’éternité,

Je m’en servirais...

Missy

2000

FINI DE PLEURER

Tu as brisé ma vie,

Tu as détruit mes rêves d’enfants,

Je revoie tout la nuit,

Et me réveille en pleurant...

J’aurai tant besoin de comprendre

Ce qui se passe dans ta tête,

Tellement besoin d’entendre

Qu’au fond de toi tu regrette...

Mais non, tu continu à nier,

Et tu ose même nous traiter

De menteuses,

D’affabuleuses,

Plutôt que de te le reconnaître

Et de t’avouer au fond de ton être

Que tu nous a fait souffrir !

Mais aujourd’hui, fini de rire ;

Nous allons enfin nous venger,

Avoir la force de tout raconter,

Pour que demain tu sois jugé,

Et cette fois, c’est toi qui va pleurer... !

Missy

25-11-2002

Je dédie ce poème a mes cousines, ainsi qu’a tous ceux, ou toutes celles qui se reconnaîtrons un peut dans ces quelques phrases...

Passé MAIS PAS Terminé

Le procès est passé,

Et nos yeux ont pleurés,

Nos coeurs ont tremblés,

Mais nos voix ont résistées.

Au dur moment de témoigner,

J'ai fixé le sol et j'ai parlé...

J'ai raconté ses tristes vacances passées,

Qui ont bouleversées ma vie et mes pensées,

Ces soirs ou j'avais si peur,

Que tes mains touchent mon corps

Et qu'en partant, j'ai encore

Sur ma peau ton odeur...

J'aurais voulu que tout s’arrête,

Je ne comprenais pas pourquoi

Je te disais: "NON, PAS CA!"

Mais que ce passait il dans ta tête?

Tu n'as pus nous l'expliquer,

Tu nous à tout simplement demandé,

Sans toute fois nous supplier,

D'une petite voix de te pardonner,

Mais ce pardon est si difficile a donner,

Pourtant dieu sait combien je te respecté...

Je ne te hait pas, tu m'as fait pitié

Quant je t'ai vu nous regarder pleurer,

Assis derrière le banc des accusés,

C'est con, mais j'ai eu pitié...

Pour cet homme qui paraissait toujours si fort,

Si sur de lui, de sa connaissance, de son savoir,

Et qui aujourd'hui avais reconnu ses tords

Mais avait eu tellement honte de les faire voir...

Missy

A LUI

25-03-2003 21h35

SI VOUS SOUHAITEZ M'ENVOYER VOS POEMES ENVOYEZ MOI UN MAIL EN CLIQUANT SUR L'ENVELLOPPE
ECRIVEZ MOI !