POESIE

LES POEMES D'ETOILE

PAGE1 PAGE2 PAGE3

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

Voici quelques trés jolis poémes qui m'ont été envoyé par Etoile

A demain

Hier, je me suis battue

A en perdre toutes mes forces

Hier plus de vue

Des arbres sans écorses

Pas de jardins fleuris

Pas de maisons garnies

Pas de contes de fées

Personnes pour les raconter

Hier, que de pluie, que de pluie

Hier, pas de vie, plus de vie

Hier je me suis battue

Battue à en perdre la raison

Hier, je me suis perdue

Dans un autre horizon

J’étais seule dans mon combat

L'autre sang ayant baissé les bras

Hier il faisait noir dans les rues

Mais mes yeux étaient grands ouverts

Mon Ame était à vu

De vaincre cette guerre

Mais hier j ai été vaincue, maudie

Je n’ai rien gagné

Pas le courage de leur parler

Leur dire mes cris

Ceux de m avoir tuée

Enfance, adolescence envolées

Aujourd’hui, ils vivent chez eux

Bien au chaud dans leur milieu

Ils ont ce qu ils ont toujours souhaité

Ma vie a moi écorchée, brûlée…

Riez bien vous la-bas

Riez encore et encore

Mais sachez que dans votre décor

Demain ne vous appartient pas…

Alors a moi, c est certain…

Ici ou ailleur

Pour le pire ou le meilleur

Je me dis…a demain….a demain...

.....Etoile 16/11/04

Passe le temps passe

A la nuit tombant

D’un jour de décembre

J’ai vu des ailles battant

D’un signe noir et d’ambre

Ce n’était point sa couleur

Qui mit mon cœur en émoi

Mais sa vive chaleur

Qui remplissait mon moi

Etait-ce un signe du destin ?

Une clairvoyance pour mon demain ?

Ou était-ce simplement un signe noir

Qui passait la par hasard ?

Ce que je sais

Ce que j ai senti

C’est que mon cœur battait

Sans réelles raisons et sans répit

Y’a t-il une moral a ces pauvres vers ?

A chacun de découvrir celle qui lui convient

Pour ma part, mon cœur c’est ouvert

Au soleil, a la lune, au tout, au rien…

Passe la vie, donne et reçoit

Ouvre ta vie, le voile noir se dissipera

Passe le temps, passe

Passe le temps, passera….

18/11/04

Donner du rire

Donner pour sécher les larmes

Donner pour voir un sourire

Sur le visage des Ames

Qui n arrivent plus a rire…

Donner donne un tel sentiment

De chaleur, de vie, ineffable

Donner redonne vie sans semblant

Partager un bout de sa fable

Alors a vous qui pleurez

A vous qui ne voyez plus d espoir

A vous pour qui le jour est le noir

Pour vous, je veux donner

Vos larmes seront vos armes

Un jour, vous connaîtrez la joie

Un jour vous saurez votre charme

De vie, d espoir, de vous a votre voix

Voyez, écoutez votre cœur battre

Comme un tambour d espérance

Il vit, il chante, il cris dans son âtre

Il vous appelle, vous donnes votre croyance

Pleurer toutes les larmes de votre corps

Pleurer tout ce qui vous a fait tord

Pleurer vous prouve votre existence

Pleurer vous vide de ces malfaisances

Moi, j’aimerais pouvoir vous donner

Des mots d espoir, des mots de vie

Vous voir enfin pleurer…

Mais pleurer de rire…

Aujourd’hui est votre naissance

Aujourd’hui est votre reconnaissance

Je vous donne mon sourire

Pour vous voir, toutes et tous….Rire

Ce soir, demain, pour vous, un délire

Mon délire pour vous donner du rire….

19/11/04

Etoile.............

si j avais....

si j avais besoin d'écrire

ce soir se serait pour vous dire

a tous ceux qui sont dans mon coeur

ma tristesse de savoir leurs pleurs

mais leurs pleurs cachees

au fond de leurs Ames

preferent toujours dire "ca va"

et moi, ca me desarme...

Profonde est ta soufrance

Malheureuse, mais en silence

Bonheur sera ta vengance

Nee pour sourire

Enfermee dans un soupir

Silence, ton voeux, partir...

Quick, tu vas rebondire!

Eternel est ta bonte

Tristesse bien cachee

Espoir toujours donne

Rire, sourire retrouves

Naturel pour aimer

Amities illimitees

Liberte est ta destinee...

Belle comme un coeur

L'artiste du bonheur

Amour d une p'tite soeur

Libre, bientot tu seras

Ouvrir ton coeur, ton connais ca

Urler, vas y dechaines toi

Vivre enfin tu apprendras

Etre, restes toujours toi...

Zen tu vas y arriver

Effet de volontes

Beaute sera ta destinee

Zzzz, un peu de repos

Amicale sans defaut

Bondir toujours plus haut...

Grandeur d esprit

Riche d espoir et de vie

Emerveille nos soucis

Nature tu as acquit

Onnorer tes ecrits

Utiliser les mots bien dit

Image cachee de cris

Larmes seule, tu ne dis

Liberee, ton Ame l a promit

Esperance, bonheur a vie

Oh, ne m en voulez pas

Usee, car je n y arrive pas

Blesses, ne le soyez pas

Lassee, mais je ne vous oublie pas

Ireels, ce soir sont mes pas

Soyez sur que pour tous je suis la

Elle ne sais pas comment

Trouver les mots reconfortants

OH! meme mes mots ne sortent pas

Ils sont pourtant bien la

La tristesse de vous savoir pas en etat

Elle.....elle aimerait seulement etre la........

28/07/04.......a 02H57 du mat....

Perdu la terre

Dans nos campagnes

Dans nos cité

Il n'y a plus de champagne

Plus rien à fêter

Dans le ciel sombre et gris

Il n'y a plus de soleil

Plus de Paradis

C'est la ruine dans les villes

Tout est immobile

On entend jour après jour

Le bruit incessant et sourd

Des armes, des fusils, des bombes

C'est notre nouveau monde

Un monde rempli de haine

De jalousie de tristesse de peine

Des milliers de gens meurent

Tous les jours toutes les heures

Des milliers d'enfants deviennent orphelin

Des milliers d'enfants crèvent de faim

On a fait de notre terre

Un véritable enfer

Un monde sans pitié

Sans joie, sans espoir

Les femmes se cachent avec leur bébé

Leur maris se battent pour les protéger

Mais les rues sont bombées

D'hommes inanimés

Du matin au soir

On entend des cris des pleurs

Des larmes des peurs

Ca court dans tous les sens, tous les côtés

Les balles perdues, on essaye d'éviter

Il n'y a plus d'Amour

Plus rien à espérer

Ils n'existent plus les jours

De Noël, de la bonne année

A chaque minute, chaque seconde

C'est la vie ou la tombe

C'est chacun pour sois

Plus personne ne s'apitoie

On a tous oublié

Qu'un jour on a aimé

Depuis que l'on a détruit

Ce qu'on nous avait donné

On voulait gagner des guerres

Pour être plus fort que les autres

Mais énorme à été notre faute

..............On a perdu la terre !

mars 1988

a decouvert...

Ah! voila qui est fait!

Chose promise, chose due...

Je n ai pas de regret

Mais pauvre de vous...quelle vue!

J ai du mal a comprendre

vos mots gentils, votre point de vue

Mon coeur est fait pour entendre

Ce qui le blesse, ce qui le tue!

Je crois en vos mots

La n est pas le probleme

La confusion me fait defaut

Avec toutes ces annees de haine!

De haine avec mon corps, mon visage

Ma tete remplie de noir nuages

Mais la, que voila un rayon de soleil

Qui met mon Ame dans un flou sans pareil

Vais je enfin commencer a apprendre

Qui je suis moi, reellement

Ce lavage de cerveau va t il enfin se rependre

Dans cet ocean de peine, de tourments?

Cet ocean qui m a noyee pendant tant d annees

Dans la peur, l'humiliation, la destruction

Ce moi exite t il, quelque part cache?

Ou n est ce que pure illusion?

Mes Amis de tout le temps et d aujourd hui

M ont toujours dit de si belles choses sur moi

Que mon coeur rejetait, mais je disais...merci

Que repondre quand on ne crois pas en sois...?

Trente deux ans de laideur

Gravee au fin fond de mon coeur

Que vous dire, a vous que j aime

Qu il faut que j avance, que je comprenne...

Mais comment faire quand je me vois

Est ce qu un jour, cette haine, mon coeur rejettera

Je ne sais pas, pour l instant j y crois pas

Mais il y a une chose dont j ai foi

Et c est a vous mes Amis que je le dois

J ai trouve dans cet ocean d horreur, de misere

la plus belle de toute les rivieres......

Ou se trouve ce que j ai toujours connu...

des Amis....les precieux, les sinceres

et ca...et bien c est la plus merveilleuse des vues.....

23/07/04

je connais une maison

le 18 mai, si mes souvenirs sont bon

je suis rentre dans une grande maison

les bras grands ouverts, j ai ete accueillie

et aujourd hui encore, ce n est pas finit

j aimerais vous parler de cette maison

elle n ai pas faite de mur, ni de carton

elle est faite d amour, de rire, d attentions

elle est faite de vie, de guerison

si vous vous sentez mal

les portes sont toujours grande ouvertes

Il y a la tatate qui se nomme Eternal

qui fais de notre vie, une couleur verte

verte, car c est la couleur de l espoir

jaune, car elle nous donne du soleil

bleu car c est la couleur de notre ciel

arc en ciel...car on peut tous y croire

puis il y a les membres de cette grande famille

qui donnent, qui pleurent, qui rient, qui s aiment

personne ne reste dans sa coquille

tous font parti de ce grand domaine

cette maison So lui a donne un nom

venez vite nous rejoindre ches les Eterneliens

le chemin de la guerison

se trouve la bas, au bout du chemin

puisse cette maison etre eternel

en famille, nous trouverons le bout du tunel

allez, allez, pas d hesitation

venez nous rejoinder dans cette belle et grande …maison

j'aurais tant aime

une histoire racontee

avant de fermer les yeux

par la voix douce et enchantee

d une maman au regard armonieu

j aurais tant aime...

me faire bercer

quand mes cris de bebe

disaient, protegez moi

prends moi dans tes bras, papa

j aurais tant aime...

pouvoir parler de tout

quand mon coeur etait brise

ne pas me cacher partout

pour mille fois, pleurer

j aurais tant aime...

qu on me prenne dans les bras

pour me rassurer

retrouver la force en moi

etre une enfant aime

j aurais tant aime...

faire des betises de gosses

pour les raconter aujourd hui

mais j ai rien de drole dans mon carosse

juste du noir, et un peu de gris

j aurais tant aime...

je ne demandais pas beaucoup

etre une enfant, c est tout

avoir une maman et un papa

mais je n aurais jamais ca...

trop tard...et poutant, voyez...

j aurais tant aime...

Serait ce pour ca?

et bien voila

je crois savoir

pourquoi tu est la

tristesse, tout est noir...

un trop plein dans mon Ame

un trop vide dans mon coeur

trop de bruit...pas de calme

un trop plein de douleur

faire semblant chanque jour

que tout va pour le mieu

mais voila que ca joue des tour

j aurrais du parler un peu

ma solitude est la

meme si je ne la voyais pas

mes Amis sont la pour moi

mais c est une autre solitude que cela

toi mon Ami

on te dis parti au loin dans les cieux

moi, j oublie

je n acepte pas cet adieu

ces changements qui viennent

a cause de moi, surviennent

il le fallait, je sais

oui, je sais....mais...

partie pour l inconnu

ou,quand, comment...

impression de deja vu

oui...deja vecu ce moment...

les vacances arrivees

sans projets, sans argent

ici, je vais devoir rester

et soigner mon tourment

mais tristesse je me bat

aucune raison d etre la

je te le demande gentiellement

envole toi dans le vent

deja que la peur est la

comme toi elle est entee

depuis des annees deja

j arrive meme plus a compter

alors tu peux partir

laisses moi gerer tout ca

va dans un coin mourir

et ma vie laisses la moi........

13/04/2004

Mirroir....

au mirroir, mirroir, je te hais

chaque jour tu n oublies pas

de me rappeler mon corps laid

si laid, oh comme je me hais!

regardez ce que vous avez fait

ce que vous avez dit de moi

de ca je vous croyait

aujourd hui encore plus que ca

je n'ai pas beaucoup de photo

de moi etant petite fille

avant de monter dans votre auto

et que mon corps part en vrille

mais j'en ai deux ou tois

je la trouve belle cette enfant

je me demande si c'etait bien moi

qu'avez vous donc fait pendant tout ce temps

pour que j'en arrive a ca

pas de romance pour une fille comme moi

seule je finirais mon parcour

sans jamais connaitre le veritable Amour

voila ou me mene ma laideur

personne pour rechaufer mon coeur

oh mirroir, j'ai bien compris

le message que chaque jour tu me dis

maintenant je dois vivre ma vie

dans la solitude et l'oubli

avec un coeur eternellement brise

ce qu ils m'ont dit, tu veux me le rapeler

mais saches que je ne l'ai jamais oublie

c'est en moi pour l'eternite

c'est un fait que je dois accepter

alors miroir....qu'as tu d'autres a me raconter....

Tristesse

pourquoi est tu entrée

je ne t'ai pas invité

pourquoi m'as tu envahis

je ne veux pas de toi ici

tu aurrais pu au moins sonner

pour sur, je ne t'aurais pas laissé entrer

mais sans gene, tu es venu chez moi

sans explications, dis moi pourquoi....

ben voila, fais comme chez toi

surtout ne te genes pas

non, je ne te parlerais pas

je n'ai rien a te dire a toi

me voila bien maintenant

mes larmes coulent tel un torrent

si au moins j'en connaissais la raison

pourquoi est tu entre dans ma maison?

mon coeur est brise, meurtri

par quoi, pourquoi, par qui...

retournes d'ou tu viens

je ne veux pas de ce chagrin

ca t'amuse de me faire ca

sors, sors vite de chez moi

je ne veux pas de toi

laisses moi, je t'en pris, laisses moi

je n'arrive plus a dire les mots

pour reconforter ceux qui sont dans mon coeur

toi tu me donnes des maux

me renvois à ma douleur

allez, pars, pars, et ne reviens plus

fais comme si on ne c'etait jamais connu

prends le premier train express

car j'en peu plus de pleurer....tristesse....

12 ans

ca fait 12 ans hier

que je suis partie de l enfer

en 12 ans j ai appris

a vivre, a choisir des chemins

je me souviens de ce jeudi

ou des personnes m ont prisent par la main

je me souviens aussi des jour precedants

surtout du lundi d avant

ou j etais seule avec "elle"

assise a la table de la cuisine

"y en a marre que tu fasses la gueule" dit elle

avec son regard de fouine

ma colere montait....montait....

pendant que je tricotais

tricoter a 20 ans!....mais le choix, je n avais

elle continuait, se moquait

de moi, en me repetant combien j avais de la chance

que s ils n avaient pas ete la

je serait dehors en train de faire la manche

deja que je n allais plus a l eglise

a chaque fois, j y faisais une crise

d angoisse, pas a ma place

"le bon Dieu te punira" dit elle

ironiquement et toute en joie

"pour qui te prends tu la belle?

enfin je ne devrais pas dire ca..."

continue t elle en riant aux eclats

d un coup, je ne sais pas ce qui m a prit

j ai pris la laine et detricote

ce que j avais commence

d un geste brusque et maladroit

tremblant de tous mes doigts

d un coup je me suis lever

je ne pensais plus, juste ma colere

guidait mes actions incontroler

je l ai regarder comme un eclair

et pour la premiere fois, j ai gueuler

j ai pris la chaise, l ai jettee

en l air pour l entendre retomber

et mes mots sont sortit

mal.....mais c est partit

"marre, j en ai marre de toi!!!!

de lui, de vous, de ce que vous faites de moi

marre de cette barraque de merde

de ton sarcasme, de tes moqueries

et oui! je t emmmerde!!!

laisses moi partir, rends moi ma vie!!!"

tous ces mots dit en tremblant de peur

ca reaction ne fut pas celle que j attendais

pas de punition.....de moi elle se moquait

"et bien va, va faire tes valises!

dit elle en riant

"mais fais vite, je dois aller a l eglise"

je pars la porte de la cuisine claquant

elle me ratrappe dans les escaliers

me prends pas le bras

me fais mal, je commence a pleurer

"ou comptes tu aller, toi, dis moi?"

je ne sais pas ce que repondre a ca

"tu n est rien, qui voudrait de toi?

sans diplome, sans rien

qu est ce que tu crois?

ici on t apprends la vie!

et c est comme ca que tu nous remercie?

tu n es qu une idiote sans cervelle

bon, maintenant que tu as fait ta rebelle

retournes donc reparer ce que tu as casse

et que je ne te reprennes plus

comme ca, a me parler

a confesse, c est ton du

c est du respect que tu me dois

oh mon Dieu qu allons nous faire de toi?"

et la voila partie a l eglise

et moi, seule dans cette maison

pleurant de toute mes larmes

comme un enfant qui n a pas eu son bonbon

a 20 ans, quel desolation.....

10 mn plus tard, ca sonne a la porte

je vais voir, c est une amie a moi

elle voit mes larmes, mon etat, elle s emporte

me dit de la suivre pendant qu il en est encore temps

mais je lui dit....!vas tant.....s il te plait vas tant....

elle va revenir, laisses moi, je peux rien faire

vas tant lui dis je encore tout en pleurant...

desarmee, elle s en va

me dit de faire attention a moi.....

je referme la porte derriere moi

.....ce jour la je savais que les choses allaient changer

je ne savais pas quand et comment.....

mais des le mardi, en allant travailler

plus de force quand je suis arrivee

j ai ouvert la porte de mon travail

je voyais que du noir, des petites etoiles

je me suis sentie tomber

....puis a mon reveil, un medecin etait la

la secretaire aussi, me demande si ca va

me dit qu elle a appelee la DDASS

quoique je dise ou que je fasse

elle ne m ecouterait plus

de m aider l heure etait venue...

et le voila ce jeudi 9 juillet

pour une autre vie, j ai pris un billet

un aller simple, sans retour

depuis je me suis promis de feter ce jour

meme si j ai perdu beaucoup

dans cet ultime parcour

avant tout j ai gagne

ce que je croyais avoir perdu a tout jamais

ma vie, mon corps,.......ma liberte

CHERCHER

chaque jour je cherche

mais je cherche quoi

on me tend des perches

mais je ne les vois pas

je cherche un avenir

mais je ne vois pas le present

le passe en delire

me revient constement

mais je cherche a chaque instant

une joie, un petit bonheur

une main qui se tend

l autre qui m ouvre son coeur

que je refuse par peur

peur du changement

peur de voir ce que je ne connais pas

peur de vivre ce que je n ai jamais vecu

pourtant il faut que je le fasse, ce pas

il faut que j avance vers cette autre vue

meme si je suis effrayee

meme si je suis tetanisee

rien qu a l idee, que tout va changer

et que je ne sais ce qui va m arriver

j oublie le moment present

et me refugis dans un avenir

un avenir inconnu

un passe, un present perdu

faut que j arrete de chercher

et que je vois ce qui est la

meme si ce n est pas tres beau parfois

je dois ecouter mon coeur

et me laisser guider

vers un avenir meilleur

sans avoir besoin de chercher

car chercher ne meme a rien

puisqu on ne sais pas

puisqu on ne sais rien

est ce la fin ou le debut...

chaque livre a son histoire

le deuxieme, deja tout lu,

le premier, rete des pages blanches

a moi de me souvenir

de briser mon propre silence

pour a nouveau ecrire

une autre partie de ma vie

un hier, un demain, mais surtout un aujourd hui........

6/07/04

100 mots

je ne sais pas pourquoi j ecris ce soir

tout ce que j ecris est si derisoir

j aimerais pouvoir vous parler d elle

cette enfant qu on disait rebelle

rebelle car elle a ose parler

la rebellion d etre nee

nee sans un cris

entre la mort et la vie

ils m ont sauver

mais pourquoi.......

pourquoi avoir survecu???

pour connaitre l enfer???

mon enfance perdue dans les airs

mon coeur vide, mit a nu

tout est denuer de sens

ce que j ecris est nul

j ai besoin de "vacances"

pour trouver la formule

pas magique, mais la vraie

celle qui me donnera les mots

pour raconter les faits

car pour ca je reste sans mot

raconter c est tout revivre

et comment passer par la

je me suis perdue sur une rive

et je ne retrouve pas mes pas

quand vais je enfin parler

de toi imonde creature

qui as oser me toucher

et me laisser des blessures

pourtant tant de choses a sortir

mais toujours rester sans mots

mais comment tout decrire

alors que j ai plus de ...100 mots......

Petit frero

chaque annee est une joie de te voir

depuis 96, pas une annee manquee

mais ce soir oh desespoir

je ne te verrais pas cette annee

ils m ont separe de tous les autres

j ai essaye pendant 10 ans de tout recoller

c est peut etre de ma faute

j en ai peut etre pas fait assez

mais a quoi bon y penser aujourd hui

puisqu ils sont loin et ne veulent plus me parler

il me reste que toi, que toi qui vis

dans cette famille qui n a jamais existee

pour Abi, tu es son tonton Amaury

elle parle de toi tu sais, du seul tonton qu elle a

"c est quand qui vient tonton, dis?"

que puis je repondre a ca......

on pense a toi ici, petit frero...

si j avais les moyen je te payerais le voyage

mais mon compte est a zero

et je n ai rien dans mes bagages......

a bientot petit frero

s il y a un Dieu, qu il nous entende

car lourde, n est pas la demande

petit frero.......mon cher petit ...frero....

Etoile........

A vous, pour vous.......

ce soir, en lisant tous vos poemes

impossible de repondre un seul mot

j ai le coeur rempli de peine

et de haine pour ces salops

je pense a celui de la fin

cette "mort" qui ne resoud rien

je connais votre chagrin

vos douleurs, vos matin...

je pense a la solitude

qui nous pese, nous fait mal

je n est aucune certitude

apres tout je ne suis qu une etoile

mais je sais une chose

la rage que vous avez

c est une longue prose

qui vous dit de continuer

continuer a combattre

combrattre le passe

c est dure de se battre

mais pensez a ce que vous y gagnerez

le mal est la toujours present

si on ne se donne pas une chance

la chance d avoir son present

la chance de notre inteligence

le monde perdu

pourquoi ne pas se dire

que c est un monde d un vecu

et pas celui de l avenir

les monstres, que ce soit lui que ce soit eux

on gagne une bataille

la bataille de nos corps malheureux

mais nous tous on a gagne la medaille

celle de leur prouver

qu on peut etre heureux

le temps nous appartient a present

pas question de quitter les rangs

battons nous en restant vivant

battons nous jusqu a la fin des temps

la vie...ne lui en voulez pas

elle n y est pour rien dans tout ca

la vie nous a ete donnee

meme si une bonne partie a ete gachee

violee, maltraitee, ecorchee......

la vie reste votre vie

elle est pour chacun un combat

ne restez pas dans la haine, le mepris

un nouveau jour, un nouveau pas

se soir, je cris, je pleure

de voir, de sentir vos douleurs

vos craintes, votre desepoirs

mais comprenez qu il n est jamais trop tard

je connais toute votre souffrance

elle a ete le sujet de mon enfance

mais je vous dit haut et fort

qu apres la tempete le soleil brillera encore

je vous porte de mon coeur

c est pourquoi ce soir je pleure

pour vous qui n avez plus d espoir

attendez encore pour voir

un tunel est toujours noir

mais un tunel n est pas eternel

un autre train passe ce soir

qui dit lui, qui dit elle

il y aurra toujours des mauvais passages

mais entendez moi bien

aujourd hui est votre voyage

votre vie que vous prenez en main

pardonnez moi ce soir

si pour vous j ai une grande peine

j aimerais a tous vous offrir l espoir

oui, a vous que mon coeur aime

n oubliez pas, ecoutez moi

c est a vous tous qui avez poste tous ses poemes

que je dis, faites de votre vie une voix

qui chante, qui pleure, qui rit, qui cris

moi l insignifiante etoile de la nuit

ce soir ecoutez mon appel

voyez le jour, votre aujourd hui

comme un defit a ces "mortels"

la se pose mon stylo

car je n est plus de mots

pour vous dire et vous redire

combien j aimerais vous voir ...sourire........

27/juin/04 a 2h21 du matin

Géraldine

Nous sommes le quinze mars

Tu viens d'avoir vingt?huit ans

Je ne suis pas là pour ton anniversaire

Tu me manques tellement

De te revoir un jour je désespère

Pourtant tu restes ma soeur

Je t'ai gravée dans mon coeur

Géraldine toi mon aînée

J'aimerais tant qu'un jour

Recevoir de toi un peu d'amour

Pendant vingt ans

Nous avons vécu ensemble

Nous avons joué, partagé

Nous nous sommes souvant disputé

Mais chaque soir, réconcilié

Nous étions des enfants

Déjà séparé pour longtemps

Et même pour des années

Je voudrais que tu saches que jamais

Je ne t'oublierais

Géraldine, je sais que tu es loin

Mais mon coeur serait toujours chagrin

Si je ne pensais pas à toi

Laisse moi rêver

Laisse moi espérer

Que toutes les deux nous pourions nous retrouver.

Mars 98

pour ma soeur que je ne reverrais jamais ....Etoile

Parler pour ne rien dire

Je regarde mon clavier

Trop longtemps, patientez

Sur quelle lettre taper ?

Pour écrire mes pensées

Il est moche ce clavier

De plus il est sale

Faut que j’pense a le nettoyer

Mais bon, vous vous en foutez pas mal…

Pour être franche, moi aussi…

Bon de quoi je vais parler

J aime taper, taper, taper…

Mais pour ça, faut que je trouve un écrit

Mes pensées ne manquent pas

Mais elles sont un peu brouillées

Et puis j ai pas envie de penser

Ce soir a tout ces instants blesses

Alors parler de quoi

De la vie en générale

De la société qui nous poursuit

Avec ses dires, ses conneries

Non pas ce soir

Pas envie de brailler du noir

Me changer les idées, pourquoi pas

J’veux bien, mais avec quoi

Et si je parlais de rien

Oui de rien, ça c est une idée

Comme ne rien faire

Juste rester la, contempler la rivière

Pépère sur le sofa

Je vois tout de la

Mais comment me débarrasser de toutes ses pensées

Ah les femmes ! on n’arrête pas de penser

Bon aller j essaye encore

Je disais donc parler de rien

De rien d accord

Mais faut trouver tous ces petits rien

Rien qu a l idée d y penser

Tiens, j ai écrit rien et penser

Bon… penser a rien

Ca serait tellement bien

Un jour, on m a dit

Tu n es et tu ne seras jamais rien

Ok, mais c est quoi être rien

Ca, j y ai jamais réfléchit

Rien c est déjà quelque chose

La, je me comprend bien

Ca fait pas mal un rien

Comme le silence d une prose

Une prose qui ne veux rien dire

Parler pour ne rien dire

Tout ça ne mène a rien

Mais qu est ce que ça fait du bien…….

18/ 06/04

Papa

Tu es partit au mois d'octobre

Je m'en souviens, l'année dernière

Tu avais des façons très sobre

Pour nous exprimer tes colères

Tu levais à peine le petit doigt

Quand on ne faisait pas comme il faut

Tu ne levais jamais la voix

Tu ne voulais pas nous frapper

Tu nous aimais trop

Je me souviens quelque fois

De ces mélodies que tu jouais autrefois

Tu prenais ton armonica

On fermait les yeux pour ne penser qu'à toi

C'était mervailleux

Mais voilà tu es déjà parti

Et moi qui voulais te dire merci

Pour toutes les choses de la vie

Que je découvre grâce à toi aujourd'hui

Tu ne nous a pas attendu

Et moi je n'ai rien fait pour toi

J'ai l'impression d'avoir tout perdu

Quand je pense que tu n'es plus là

Il me faudra du temps tu sais

Pour comprendre que tu as déménagé

Moi je sais que tu m'aimais

Mais tu as voulu monter là?haut

Pour enfin avoir le repos

Celui que tu méritais depuis des années

Même si celui?là est dur à supporter

Celui de l'éternité

J'ai été cruelle envers toi

Mais je t'aimerais toujours...Papa !

1990

Sommeil éternel

Je compte d'année en année

Le jour ou tu nous as quitté

Tu étais là dans cette caisse de bois

Tu étais blanc, blanc comme le froid

Tu ne bougeais plus du tout

Sur cette photo je te revois

Tu essayais de sourir tout comme nous

Mais dans ton regard

Se lisait tristesse et désespoir

Maman te tenait par le bras

Mais ne voyait pas que tu étais là

L'ignorance de ton entourage

T'as fait viellir bien avant l'âge

Et ton départ précipité

Nous a tous terriblement choqué

Mais voilà au bout de cinq ans

Tu me manques encore terriblement

Dors papa, dors

Je t'aime, je t'aime encore

Moi ta petite hirondelle

Qui vole à petit pas

Vers ton sommeil éternel.

1994

bonne fete papa....meme si tu n es plus parmis nous....

Etoile.............

Ce n'est qu'un mauvais reve

Tu es parti le neuf mai

je l ai appris aujourd hui

le meme age, on avait

mais tu as mis fin a ta vie...

quand je t ai connu

tu etais le meilleur Ami

de celui qui etait devenu

mon petit Ami

tu m as tout de suite parler

tout de suite accepter

tu es devenu un tres bon Ami

avec toi tout pouvait etre dit...

comment oublier tous ces moments

ou l on passait de longues heures

a discuter de tout et de rien

toi mon cher Ami, mon copain

j aimerais te dire

oui, te dire de revenir

que tu puisses me parler

que je puisse t aider...

j aurrais du etre la

etre la pres de toi

avant que tu decides

de faire se suicide...

que c est il donc passe

tu allais mal, tres mal

et je n ai rien remarque

pour beaucoup, histoire banale

pour moi un cauchemard

et je veux me reveiller

pour t appeler et te parler

cauchemard,

c est tout ce que je veux croire

donnes moi le temps d accepter

d accepter ta decision

je n etais pas preparee

a cette ultime separation

tu aurrais pu etre musicien

tu jouais si bien de la bass

j aimerais te dire reviens

reviens nous....mais le temps passe

et tu ne reviendras pas

n est ce pas.......

non, c est un cauchemard

laisses moi y croire...

laisses moi y croire encore un peu

je vais me reveiller, Ben, bientot

parles moi, parles moi un peu

juste un peu Ben, juste un peu...

j aimerais te laisser dormir en paix

si seulement je savais

si je savais ou tu es

si je savais ce que tu fais

es tu heureux la bas si loin

peux tu penser, nous voir

ou es tu Benjamain

un signe, un dernier regard

je pense a toi

je ne t oublirais pas

ca jamais je ne le pourrais

de toi je parlerais

tes Amis, ta famille feront de meme

car Ben, n oublies pas qu on t aime.......

for ever, for ever.........

12 juin 2004

Ou es-tu ?

Maman! maman!!!

ou es-tu?

Maman ! maman !!!

Je suis….perdue….

Maman, j ai si peur…

Le « papy » est la…

Il me montre pas son cœur

C est autre chose, maman !!!

C’est pas beau….ça put

Viens me chercher, maman

Il veut que je mette ma main dessus…

C’est sale, maman, c est sale !!!

Il me touche, maman…

Il rit, il dit que mes seins sont petits…

Je veux pas ça, je veux qu il arrête…

Aides moi, maman, aides moi !!!

Il dis que c est sa…sa…sa quequette…

Oh maman, c est quoi ça, je n aime pas ce truc la….

Il put, il est gros…

Il est laid, maman, il est pas beau……

Ou es tu maman, ou es tu ???

Viens, viens vite me chercher…

Il dit de ne pas bouger….

Et de ne pas crier, non plus

Il dit que c est normal

Que tous les papa font ça…

Mais c est pas Mon papa !!!

Dis maman, dis, c est pas normal ???

Hein dis, dis, maman, dis !!!

Je cris, oui, maman, je cris…..

Il dit que je vais effrayer tout le monde

Il dit que ça sert a rien…

Ma douleur est profonde…

Maman, maman, pourquoi tu dis rien ???

Papa, il faisait pas ça,

Non !!! pas mon papa….

Alors pourquoi, pourquoi ???

Il rit maintenant, il rit aux eclats…

Moi je pleure maman, je pleure……

J’ai si froid, tu sais, si froid….

Il dit que c est finit

Que j ai été une gentille fille

Il dit que je dois rien dire…

Ni a sa femme, que ca lui ferait rire

Et qu elle me disputerait, si un seul mot de ça, je disais…

Oh maman, j ai froid…

Oh maman, j ai peur…

Oh maman, aides moi…

Oh maman, je ne vois plus la lueur….

Du soleil, du ciel…

Maman, je suis sale….je suis vieille…

Vieille maman, vieille a dix ans…….

Je veux fermer les yeux

Juste un instant, maman

Juste un …instant….

Mon cœur est malheureux…

Il me parle, tu sais, maman, il me parle

Mais pas toi, non, pas toi….

Oh mon Dieu !!!…ou suis-je ???

Ce lit….ce lit….

C est ça….oui !!!…c est ça…….

Des peluches, un ange, des coussins

Une couette, une tele, un doux refrain…

Celui d une petite fille…

Qui appelle… « maman, tu es réveillée ? »

Oui !!!oui….c est ma fille

Mon ange a moi, mon bébé…

Oh maman, j ai tout compris…

Encore une fois, c était la nuit

C est le jour maintenant…

Viens la ma petite étoile

Que je te sers dans mes bras

que je te dise je t aime...

Comme toi tu ne l as jamais dit

Chère mère, jamais un « je t’aime »

Non, toi tu préférais picoler…

Alors bois, bois a l enfant que tu n as jamais aimée

Restes dans ton vin marital…

Dans tes éternels…mauvais crus

Tu ne viens pas la nuit quand je t appelle

Comme tu n est jamais venue

Me sauver de ces monstres cruels

Alors laisses moi mes jours avec mon étoile a moi

Ce bonheur que toi…….tu ne connaîtras pas…..

2004/06

Au café de la rue de l'ignorance

Au café de la rue de l'ignorance

Une vieille femme boit son passé

Elle dit n'avoir jamais eu de chance

Elle dit qu'on l'a toujours ignorée

Elle boit, elle boit tant qu'elle peut boire

Elle chante des mots incompréhensibles

Elle dit venir de nulle part

Personne n'écoute son coeur sensible

On se moque de son Physique

on se moque de son parler

Une situation pour certain comique

Mais pas question de l'aider.

Au café de la rue de l'ignorance

Un garçon joue de la guitare

Il joue avec une grande espérance

Qu'il sera connu plus tard

Mais cela fait dix années qu'il joue

Et personne ne l'a encore remarqué

Dans une journée, il amasse quelques sous

Mais pas assez pour ce payer un loyer

Il dort au pied d'un arbre, en face de ce café

Et tous les matin, il est le premier arrivé

Les gens sont habitués à venir l'écouter

Mais pour ce café, c'est une décoration

Rien de plus pour ce jeune garçon.

Au café de la rue de l'ignorance

Un couple se dispute avec violence

Ils crient si fort

Que l'on entend même plus le décors

L'homme accuse sa femme d'infidelité

La femme répond que ce ne sont que des mensonges

L'homme se lève pour la gifler

Par le poids, la femme s'allonge

Inconsciente, elle reste à terre

L'homme se rassoit et commande une bière

Tout le monde voit bien la femme allongée

Mais personne ne semble bouger

Elle restera là jusqu'à son réveil

Et demain les choses seront toujours pareilles.

Au café de la rue de l'ignorance

Les jours sont toujours les même

Au café de la rue de l'ignorance

Il n'y a que haine, colère et peine

Son étoile est la malchance

Mais c'est le café de l'ignorance !

23 mai 1999

l'indiferance apauvrit l esprit

La differance l enrichit.......mais l ignorance.....elle....detruit.......

J'ai donné

J'ai donné mon enfance

Un jour de malchance

A des gens qui en ont profité

Jusqu'à ma majorité

Et plus encore

J'ai donné ma confiance

En oubliant mon existence

A ceux qu'on nomme amis

Et bien sûr ils m'ont trahis

Et plus encore

J'ai donné mon existence

Sans aucune prudence

A des gens de vérité

Mais tout au long de leur vie

Ils ont mentis

Et plus encore

J'ai donné, donné, donné

Sans rien demander en retour

Jusqu'au jour ou j'ai repris

Mon enfance, ma confiance, mon existence

Et plus encore

1995

Mon Ame

se creer un present

se creer un avenir

pour tuer le temps

ou je me suis vu mourir

je hais ce que tu as fais de moi

je hais ce que je suis devenue

mon corps n est plus a moi

il a ete vendu

touche, brise, maltraite

je te hais toi que je ne peux nommer

monstre hideux, gros, pervers

avec tes yeux bleus, verts

comme un serpent a l affut

tu m as touchee, tu m as eu!!

mais une chose

tu as oublie mon Ame

je l ai garder, close

mes reves, mes pensees, mes ambitions

sont a moi......

et le resteront

tu ne pas pas tout pris

je le sais aujourd hui

je n ai pas tout perdu

quand a toi, un jour....

tu seras vaincu

ce n est pas une bataille

juste le revers de medaille

2004

Amertume

Je pense au vent à la colère de l'orage

Je pense à la vie, je pense à mon avenir

Je pense à toutes ces choses qui m'enrage

Je pense à moi, l'enfant qui ne peux rien dire

Mes yeux sont bloqués sur ces feuilles blanches

Je ne peux rien écrire car je n'ai rien appris

Des questions sur l'histoire de France

Mais les vraies questions sont celles de ma vie

Qui est Napoléon est elle la bonne question

Je ne le sais car je ne l'ai pas connu

C'était un personnage d'un livre sans nom

Qui disait que c'était un homme très connu

Et ces questions sur la géographie

Ou se trouve l'Argentine l'Inde ou la Turquie

Tous ces pays que je ne suis jamais allé voir

Mais voilà, déjà l'heure de rendre ce devoir

Sur ma feuille seul mon nom est inscrit

Une matinée de perdue sans connaître l'histoire

A chercher des réponses à mes seuls soucis

Mais rien apprendre donc rien savoir

Ma note ne sera qu'un zéro pointé

Et ma prof aura encore le bonheur de m'humilier

Devant cette classe qui ne m'a jamais acceptée

De tous les noms, ils aimaient me traiter

Un jour, je partirais avec toutes mes questions

Et je chercherais le chemin des réponses

Je n'aurais plus personne pour tâcher mon nom

J'y arriverais même si un jour, on m'a jetée dans les ronces

Je te dénonce toi ma vie

Car tu n'es pas celle que j'ai choisit

Au regret de te blesser

Je voudrais tout recommencer

Si seulement, l'on m'avait donné

Le temps de jouer et d'espérer

Je ne serais pas là à me questionner

Tout simplement parce que je serais aimée.

1993

Je suis

Je suis le jour

Je suis la nuit

Je suis l'Amour

Mais je m'ennuis

Je suis la peur

Je suis le vie

Je suis le bonheur

Je suis l'envie

Je suis l'angoisse

Je suis le stress

Le temps qui passe

Et qui se presse

Je suis l'orage

Je suis l'éclair

Je suis le passage

Mais je me perd

Je suis l'amie

Je suis la Soeur

Je suis la bougie

Qui allume les coeurs

Je suis une femme

Je suis un homme

Mais je réclame

Le maximum

Je suis la paix

Je suis la Guerre

Je suis ce qui fait

Le tour de la terre

Je suis humain

Ou je suis chose

Je suis le chemin

Que l'on m'impose

Je ne suis rien

Et tout à la fois

Je suis le bien

Ou je le crois

Je suis le mal

Comme l'on me voit

Je suis normal

Car je suis moi.

1995

Enfance, oh, mon enfance

Ou es tu toi que je cherche ?

Pourquoi as tu disparu ?

Je ne suis pas née dans une crèche

Mais alors ai je déjà vécu ?

Te retrouvais je, toi mon enfant ?

Ou sont passé mes dix ans

Cet âge de l'innocence ?

Qu'il était triste le jour de mes vingt ans

Ce jour existe

Mais ça fait si longtemps

On m'a volé mon sourire

On m'a volé mes dix ans

On a voulu me faire souffrir

Ils sont resté gagnant

J'ai cherché pendant si longtemps

Je cherche encore cet enfant

Mais ai je encore assez de temps ?

Pour le rencontrer rien qu'un instant

Mes dix premières années

Qu'on aurait pu aimer

Mes vingt premières années

Qu'on a tant humiliées

Ce désir à trente ans

De vouloir retourner

A l'époque de l'enfant

Que l'on m'a volé

Cet enfant de dix ans

Aujourd'hui est révolté

Car ses droits étaient de jouer

D'apprendre, d'être aimé

Mais ses droits ont été bafoués

Et il a été enterré

Dans une maison pleine de haine et de mépris

Depuis, il en ai jamais ressorti

Moi, je ne l'ai jamais revu

Enfance, oh, mon enfance

Quand reviendra?tu ?

Février 1996

L'enfant du passé

Mon regard c'est tourné vers la fenêtre du passé

Et là, j'ai vu à quel point, les choses avaient changé

J'ai vu cet enfant toute menue

Assise sur le lit, son visage caché

Je lui ai demandé ce qu'elle avait perdue

Et son regard en larme, vers moi c'est tourné

Qui es?tu, m'a?t?elle demandé

Ne sachant que lui répondre pour ne pas l'effrayer

Tout doucement, vers elle, je me suis approché

Et d'un ton calme et émue

Je lui répond simplement que je suis son amie

Que c'est pour l'aider que je suis venue

Je sais que ton sourire, quelque part est parti

Mon sourire ? Je l'ai laissé avec papa et maman

Cela m'a fait mal dans tout mon intérieur

Pourtant, je connaissais son histoire, et d'ailleurs

Je pourrais la raconter mieux que n'importe qui

Et c'est là que je me demandais

Si je pouvais changer sa vie

Ses yeux ne pouvaient pas se détacher des miens

Elle ne savait pas que nous avions un très fort lien

Je savais qu'elle voulait que je l'aide

Que je la prenne dans mes bras et que je l'emmène

Mais j'ai compris que je ne pouvais rien faire

Je lui dit, doucement, que bientôt, elle serait sorti d'affaire

Qu'elle devait suivre son chemin

Et combattre toutes les barrières

Je lui dit aussi que je devais m'en aller

Qu'un jour elle comprendrait ce qui c'est passé

Elle s'est remise à pleurer et m'a demandé

Reviendras?tu me voir

Non, petite, mais comprends seulement que je suis ton espoir.

24 mai 1999

N'hésitez pas à m'envoyer vos poémes en cliquant sur l'enveloppe, n'oubliez pas de me préciser votre pseudo ainsi que votre mail si vous souhaitez qu'il figure sur le site

Cette page fait parti d'un cadre . Site http://eternalll.free.fr