POESIE

POEMES DE silencieuse

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

Pourquoi se retenir?

J’ai pleuré sans savoir pourquoi. Les larmes ont emportés avec elles les semaines qui viennent de s’écouler, qui sont passées trop vite, toujours trop vite… Des semaines calmes, sans trop de tumulte, mais au fond desquelles se dissimule une tristesse grandissante de jour en jours, un mal être tellement profond que l'on ne peux l'attraper pour le faire sortir…

D’abord un simple petit chuchotement, qui est présent mais que l’on ne remarque pas. Lorsque tout va bien, il nous arrive de rester des mois avec ce simple souffle, presque inaudible, qui nous tient compagnie. Puis le chuchotement devient un bourdonnement, un petit bruit que l'on chasse comme on chasserait un moustique. Il reste là, persistant, ne disparaissant que lorsque la lumière s’éteint, le soir, et que l’on s’endort, si l'on s'endort… Mais il est de retour le lendemain, inexorablement, et la journée nouvelle ajoute sa part de chagrin, d’ennui ou de solitude, si infime soit-elle. Cela peut durer des mois encore, jours après jours, mais la vie n’est pas ce long fleuve tranquille qu’on se plait à décrire. Il fini par se produire un évènement plus dur, plus soudain, un gros coup porté à nos défenses intérieures - et on encaisse. Le bourdonnement devient alors plus fort, se transforme en grondement puis en rugissement, pareil à une mer déchainée qui viendrait s’écraser sur les digues de notre esprit. Cette fois, même les nuits ne sont plus de tout repos : les rêves nous pourchassent hors de la réalité, dans ce monde où l’on aimerais s’évader de temps à autres… On peut bien essayer de contenir cette vague, mais elle finira par gagner. Une fois, puis deux, on refoule ses sentiments, et on s’imagine avoir remporté la bataille. Puis le barrage éclate, souvent lorsque l’on est seul, alors justement on aurait plus que tout besoin de quelqu’un… Et là le monde se retourne contre nous, On est submergé. La vie c’est con ; le temps c’est nul. On s’égare, plus rien n’a de sens.

Et c’est par nos yeux que l’on va déverser ce flot de sentiments enfouis, ces yeux mêmes qui ont assisté à ce chaos d’émotions. Les larmes qui couleront, seules elles aussi, finiront par s’écraser sur cet oreiller, sur ce mouchoir, ou sur nos paumes ouvertes, mais jamais sur l’épaule de cette personne dont on a tellement besoin auprès de nous. Incrédules, on pleurera seul, en silence. Personne ne nous écoute.

Puis la tempête est passée, le beau temps réapparait petit à petit – le ciel est encore gris mais il ne pleut plus. On réalise que c’était idiot de s’en faire. Après tout, qui ira dire que la pluie lui a apporté réconfort, alors que l’on était enfermé chez soi, seul, si seul, et que l’on ne pouvait pas sortir ? On a désormais cette possibilité, avancer un peu, se dégourdir l’esprit, et étudier nos sentiments sous un nouvel angle : les émotions brutes sont parties, mais les souvenirs sont restés, eux. On voit les choses bien différemment, et surtout, notre cuve à tristesse s’est vidée. Elle mettra du temps pour se remplir à nouveau ; Il ne faut pas y penser. On se dit alors que ça fait du bien, de pleurer. On aurait peut-être du se laisser aller avant finalement, plutôt que d’essayer de se retenir éternellement.

Pour autant que je sache, personne n’est jamais mort d’une crise de larmes. Lutter contre ses sentiments, c’est de toute façon un combat perdu d’avance. Alors pourquoi essayer à tous prix de retarder cette échéance ? l'Homme est têtu, mais d’une manière ou d’une autre, la bataille finale aura lieu. Alors plutôt que d’être seul face à ce raz-de-marée, il est préférable de s’entourer d’amis. Pour nous guider, nous réconforter, et panser nos blessures. Et peut-être que si nous avions essayé d’en parler avant, nous n’en serions pas là. Les autres existent ; c’est que nous avons besoin d’eux. Ce n’est pas un conseil que je vous donne – juste mon opinion. La prochaine fois, j’espère me sentir moins seul… j'espère...

Petite fille

A toi petite fille fragile,

Au cœur si docile,

Ne reste pas enfermé

Dans le cachot de ton passé

A toi petit fille si jolie

Au cœur si remplit

D’amour et de haine

Bien plus que de la peine.

A toi petite fille silencieuse

Je voudrai que tu sois heureuse,

Viens dans mes bras, n’es plus peur,

Personne ne retouchera à ta petite fleure.

A toi petite fille attristé,

Vient on va se promener

Prends moi la main,

Suis ce chemin.

A toi petite fille solitaire

Ne regarde plus par terre,

Tu vois ce vagabond?

Et ce beau papillon?

A toi petite fille innocente

Dis moi ce qui te hante!

Je ne veux plus voir cette pluie tomber

Ainsi que tes larmes coulaient.

A toi petit fille horrifié

Par les hommes et leurs objets,

N’oublie pas, je suis la

A tes cotés, autour de toi

A toi petite fille en or

Jette ce mal dehors,

Vas, court dans les prés

Et ne reviens plus jamais.


Silencieuse...

Sueurs D'espoirs....

Elle est seule dans le noir

Occultant tout ce qui c’étais passé

Faible et sans espoir

N’ayant que ces yeux pour pleurer

La honte l’envahi

Sans aucuns répits

Prise de rage

Et manquant de courage

Elle eu cette envie soudaine,

De vouloir tout abandonner

Mais elle garda ces secrets,

Pour ne pas leurs faire de peine.

Elle fini par accepter,

Avec beaucoup de regrets

Cette main tendu

Dans un horizon perdu.

Elle continua donc son chemin

Sans se retourner

Main dans la main,

Ils s’éloignèrent du passé…


Silencieuse...

Visions futurs…

Toi Ta tout brisé,

Je ne sais pas pourquoi, mais tu l’as fais!

Mais c’est du passé.

Aujourd’hui je tirai un trait,

Droit peu être, mais je l’ai fait!

Vivre sa vie comme on le sens,

Ramassé les gens sur votre passage,

Les renvoyer la ou ils le voulaient,

Sans aucun regret.

Se lever le matin, prendre une tasse de café,

Marche dans l’herbe mouillé…

La clef du bonheur, c’est savourer,

Profiter des moments donnés!

Ne l’oublions JAMAIS!

Un Monde Détruit.

Je n’étais qu’une petite fille

Qui rêvais du prince charmant,

Qui regarde la belle a bois dormant,

Je te voyais très peu,

Tu paraissais gentils,

Pas plus méchant!

Mais ce jours la

Tu t’es transformé,

En un monstre sans pitié,

Sans regrets, sans honte,

Tu me voyais, je ne pleuré pas,

Je pensais que chaque petites filles,

Devais passer par la!

Que pour devenir grande tu devais le faire!

J’avais tellement mal, tellement peur.

Mais tu ne t‘arrêta pas, je souffrais.

Et tu t’en foutais, Mais tu t’en ai jamais lassé!

Moi j’étais la, devant toi, ne pouvais crier,

A regarder ce mur, a fixer ce mur

Pour ne pas sentir tes mains baladeuses,

Pour ne pas recevoir ton souffle sur mon visage,

Pour ne pas entendre tes bruits étrange qui sortaient de ta bouche.

Pour tout simplement m’imaginé dans mon monde a moi,

Celui ou les princes charmant sont gentils,

Celui ou les princesses on des longs cheveux,

Une écurie, Un jolie parc et des belles fleures.

Hélas Dans ce monde seul les gens propres peuvent y entré,

Toi tu ma salie, ma brisé mon rêve, Celui d’être belle riche amoureuse…

J’étais ton cobaye, j’étais ton objet, j’étais ta proie idéal,

Tu a sauter dessus sans même te rendre compte

Que je venais a peine de naître, de découvrir la vie,

Mais non, tu n’as pensé qu’a toi, comme tout les autres fois.

Ta m’as volé mon enfance, mon monde, Mais tu m’as appris une chose,

Celle d’être prudente! Et de regarder le monde tel qu’il est!

Visions futures

Toi Ta tout brisé,

Je ne sais pas pourquoi, mais tu l’as fais!

Mais c’est du passé.

Aujourd’hui je tirai un trait,

Droit peu être, mais je l’ai fait!

Vivre sa vie comme on le sens,

Ramassé les gens sur votre passage,

Les renvoyer la ou ils le voulaient,

Sans aucun regret.

Se lever le matin, prendre une tasse de café,

Marche dans l’herbe mouillé…

La clef du bonheur, c’est savourer,

Profiter des moments donnés!

Ne l’oublions JAMAIS!

N'hésitez pas à m'envoyer vos poémes en cliquant sur l'enveloppe, n'oubliez pas de me préciser votre pseudo ainsi que votre mail si vous souhaitez qu'il figure sur le site

Cette page fait parti d'un cadre . Site http://eternalll.free.fr