POESIE

POEMES DE jessie

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

oiseau rapace et ange

petit oiseau a ouvers la porte de fer,

c'est envolé dans le ciel,

rempli d'avenir et d'espoir,

d'amour et de vie,

mais au vol un rapace la prit,

le petit oiseau est resté sur la terre,

défait de ses ailes,

défait de son coeur,

il a marché,

tout en grandissant,

loin, loin,

sans vraiment savoir où il allait,

il voulait retrouvé son arbre,

retrouvé sa cage,

s'enfermer dedans,

pour ne plus jamais souffrir,

mais il ne retrouva pa la cage,

il chercha partout,

il s'était perdu,

dans le vide,

dans la nuit,

plus rien autour de lui,

que de douleur et de soufrance,

alors il c'est couché sur une pierre,

exténué par sa vie,

fatigué de ses souvenirs,

et de la douleur qui vivait en lui,

puis un jour quelq'un est arrivé,

il ne la pas reconnu tout de suite tros de lumière l'aveuglé,

car c'était un bel ange qui lui parlé,

ils sont parti ensemble,

sur les chemin de la vie,

dans le sens contraire à la nuit.

petit ange regarde moi

vas mon ange,

illuminer le ciel,

oublie comme tout est triste autour de toi,

oublie le mal,

oublie la peur,

regarde la haut,

où il y a tant de bonheur,

regarde le ciel,

les nuages, les étoiles,

mon ange non ne part pas,

regarde moi,

sur terre,

les étoiles et le ciel,

moi aussi je le vois,

alors ne part pas là-bas,

loin de moi.

Tu vois

Regarde moi dans les yeux,

Regarde comme le ciel est bleu,

Vois moi comme je n'est jamais étais,

Vois, je me suis transformé,

Eloigne toi je ne suis plus moi,

Je te détruirai si tu continu à t'approcher,

Je ne veux plus jamais me ressembler,

J'ai détruit tout autour de moi,

Je me suis envolé,

Laisse moi enfin me relever,

Va t'en regarde comme je vais bien sans toi,

Tu pensai que je n'y arriverai jamais,

Juste pour ça je me suis relevé,

Pour que tu vois,

A quel point je suis loin de ce que j'étais,

A quel point je n'est plus peur de toi.

Loup

Comme un loup errant,

Tu te proméne dedans,

Quand soudain en me voyant,

Tu devient different,

Tu me clame ton innocence,

Tu dis qu'a 10 ans je suis en pleine adolescence,

Qu'il est temps et que ça n'a rien à voir avec de la souffrance,

Te rends-tu compte que tu a bousillé mon enfance,

Mon coeur ne t'étais pas ouvert,

Mais tu a fait comme si je t'appartenais,

Tu a mis mon ame à découvert,

Tu m'a tout volé.


il n'y a plus rien

Je ne sais pourquoi,

Mais cette clé posé en hauteur,

Elle me fait peur,

Pourquoi me fait tu tout cela à moi,

Tu dis que tu m'aimes,

Que la première fois c'est normal d'avoir peur,

Tu dis qu'il est temps que c'est l'heure,

Que moi aussi je t'aimes,

Tu dis que c'est comme ça que l'on donne son amour,

Que c'est dur au début mais qu'il faut le faire,

Que sinon je resterais une petite fille toute seul sur la terre,

Mais j'ai peur de toi et de tes grands bras qui m'entours,

Ne vois-tu pas que je tremble,

Ne vois-tu pas que pleure,

Ne vois-tu pas que je meure.

silence

Petit coeur fait de larmes,

Ame déchiré,

Sens et visage défiguré,

Sur ma tete une arme,

Epée de damocles,

Sur moi pour mon silense,

Je suis si bete,

De te laisser revenir chez moi,

Trop peur peux-etre,

Pour te ressister,

Pour crier, hurler,

Petit corps transfiguré.

bientot la fin

Je sens mon coeur qui meure,

Hier de fatigue il est tombé sur le béton,

J'ai ramassé tout les petits morceaux,

Et j'ai continué de marcher droit devant,

Je sais que ça rime pas,

mais ç'est comme ma vie,

Ca ne rime à rien,

Ce sont des mots qui partent au loin,

Ils se brisent contre les murs,

S'écrasent loin de moi,

Comme mon coeur,

C'est envolé,

Il m'a quitté,

C'est terminé,

Je m'encoufre dans le vide,

J'ai l'impression que ça fait une éternité que je suis en chute libre,

Je voudrais m'envoler loin dans le ciel,

Toucher les étoiles du bout des ailes,

Partir loin,

D'un coup,

Comme avec un revolvers,

Partir au large,

Comme un oiseau enfermé dans sa cage,

Qui rêvait de s'envoler,

Je voudrais tout oublier,

Tout recommençer,

Loin des souvenirs,

Mourir,

D'un coup,

Comme avec un revolvers,

Mais j'ai regardé autour de moi,

J'ai vu tout c'est gens,

Toutes ces choses merveilleuses,

J'ai vu ma seconde vie,

Celle sur une scène de théatre,

Où soudain se n'étais plus moi,

Alors j'ai compris,

Que peut importai le reste,

Seule la dernière chose qui nous raccrochai à la vie avait de l'importance,

Et alors j'ai sourie.

si il ne reste plus que ça

Voilà,

Cela tient en quelques mots,

Quelques lignes,

Si il ne reste plus que ça alors je le hurlerais,

Je le crirais si seulement tu pouvais l'entendre,

C'est dur parfois de croire,

Que demain c'est le meme soleil,

Mais qui revient,

Gorgé de lumière,

De cries d'amours,

Que toi et moi n'entendont pas,

Des mots qui ne signifie plus rien,

Résonnent dans nos orreilles,

Ils voudraient qu'enfin on se réveille,

Mais toi et moi on sait très bien,

Que le vent ça ne murmure pas que du bien,

Que les cries se sont de fausses notes de musiques,

Qui dansent autour de nous,

Toi et moi on reste immobile,

Un peu perdu peu-etre,

Dans la nuit se dessine le matin,

Et revoilà le soleil et ses cries,

Ca ne veux pa dire grand chose,

Mais ça dit tant en quelques lignes,

De savoir que le soleil rend parfois la vie,

Ce n'est pas rien,

Alors je me fiche du vent et des murmures,

Moi et mon coeur on c'est bien que tout se qui compte c'est le soleil,

Et les cries qu'il amméne.

Ma prison


J'ai tourné en rond,

Dans ma grande prison,

Sans soleil, sans lumière,

Juste des barreau gris en fer,

Qui me laissait entrevoire la nuit,

J'ai pleuré dans ma grande prison,

Hurlé à plein poumon,

Crier pour qu'on m'entende,

Si fort, que j'ai brisé tout autour de moi,

Je sorti par la grande porte du fond,

J'ai regardé dans le ciel,

Toujours pas de soleil,

La lune et les étoiles,

Alors je me suis assise sur un banc,

La nuit, ma prison,

Si belle se soir,

Alors j'ai continué à pleurer,

Et comme à chaque fois tu est revenu,

Tu m'a pris dans tes bras,

Pour me consoler,

Alors j'ai vu le soleil dans le ciel,

Mais voilà dés que tu es reparti,

La nuit est revenu,

Et je me suis retrouvé dans ma grande prison,

Enfermé,

Obligé de tout recommencer.

tristesse

Jardin de tristesses et de peines,

Qui hantes sans cesse mon coeur et ma tête,

Effroyable sensation de haine,

Tant de douleur a été faites,

Irréparable monstruosité,

Je ne suis plus qu'une ombre qui marche,

Dénuée de sens et de curiosité,

Dans ma main une hache,

Je pars pour ma guerre,

Mon coeur contre mon coeur,

Je quitte la terre,

Je pars il est presque l'heure,

Enfers ou paradis,

Es-que je n'est pas assez souffert,

Quand je partirais es-que j'oublirais tout se que tu m'a dis,

Quand je partirais es-que j'oublirais tout se que tu m'a fais.

Espoir

Regarde là-bas,

A l'horizon se bateau,

Es-toi qui t'en vas,

Pourquoi, il est encore tot,

Il fait encore nuit,

Pourquoi tu par sans meme dire enrevoir,

Ca ressonne dans ma tete, tout ces cris,

Je voudrais tellement pouvoir y croire,

Je leur dirais pour toi que tu les aimais,

Que tu ne voulais pas vraiment t'en allais,

J'écrirais pour toi une long lettre pour tout leur expliquer,

Qu'il comprenne au moins pourquoi tu nous à quitté,

Et puis mon coeur je te suivrait,

J'ouvrirais le grand tirroire de la cuisine,

Ou la boite à pharmacie,

Et mon coeur je te regoindrais,

Je vivrais alors avec toi dans le ciel,

Le corps et le coeur enfin en paix,

Nous renaitrons sur terre,

Mais pour l'instant je ne peux partir,

Il faut que je m'accroche,

Le pire c'est que je ne sais meme pas pourquoi je reste,

Y en a qui disent qu'il y a toujours de l'espoir,

Qu'il ne faut jamais abondonner,

Que je ferais mieux de les écouter,

Et de ne jamais m'arreter.

rien qu'une toute petite éclairci

Où es-tu, je te cherche dans le ciel,

Je ne te vois pas,

J'ai beau regardé tout autour de moi,

Il n'y a rien,

Juste le vide la mort et moi,

c'est pas normal tout ça.

Pointes et lames

Jusqu'a saigner,

J'ai entré la lame,

Dans ma peau, dans ma chair,

Jusqu'au plus profond de mon ame,

Jusqu'a que de la douce pointe,

Mon corps rougisse,

Couverte de sang,

Dégoulinant de mes bras,

Des stries rougeoiantes,

Un gros pull par dessus,

La crise était passé,

Ma drogue j'avais consommé.

Tes yeux

Non je n'ai pas changé,

Rien en moi n'a été transformé,

C'est juste toi,

Et ton regard sur moi,

Toi tu croi que maintenant je suis différente,

Mais c'est juste tes yeux qui me hante,

Depuis 1 ans que l'on se connait,

Croi moi je suis resté la fille que t'a aimé,

Mais depuis qu'un jour sur les bancs,

Depuis qu'en fin j'ai eu assez de cran,

Depuis que je t'ai tout dis,

Tu me regarde avec des yeux interdit,

A toute paroles,

Tu ne vois plus que cela,

Tu oublis qui tu aime tant,

Oh je t'en pris,

Ne me regarde pas comme cela.

Petit moi

Petit coeur et triste,

Il n'a pas besoin d'un artiste,

Pour dire qu'il ne sait pas où il va,

Petit coeur et assez mélancolique,

Il ne veut meme plus rimer dans ses poèmes,

Petit coeur regarde le ciel,

Et il pleure,

Parce qu'il voit,

Là-bas au loin lui qui revient,

Petit coeur et triste,

Parce qu'il sait que tot ou tard il reviendra,

Petit coeur pleure,

Parce que un jour il sera là,

Non pas pour la prendre dans ses bras,

N'y pour le consoler,

Juste pour recommençer,

Pour le tuer un peu plus,

Pour finir se qu'il avait commençé.

N'hésitez pas à m'envoyer vos poémes en cliquant sur l'enveloppe, n'oubliez pas de me préciser votre pseudo ainsi que votre mail si vous souhaitez qu'il figure sur le site

Cette page fait parti d'un cadre . Site http://eternalll.free.fr