POESIE
LES POEMES D'ANDREA

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

Portrait

Je peux errer au plus haut des montagnes,

Ou dans un bois loin des gens et des bruits,

Dans une antre ou parmi les campagnes,

Toujours ce portrait me suit.

Il est celui qui a altéré mon image et mes envies,

Celui qui a gravé par force et ardeur,

Son effigie dans mes yeux aspirant au bonheur,

Et dans mon âme assaillie.

D’une respiration forte,

En haute mer, à la force des bras,

Je manoeuvre la rame en attendant que le vent me porte,

Vers la sérénité pour mettre fin à ce combat.

Dans ma mémoire et mon esprit,

Virevolte cette triste trahison.

La confiance, le courage et l’oubli,

Seuls pourraient me donner guérison.

Requiem

De jours en jours, l’envie de vivre me délaisse.

Je ne peux supporter cette hypocrisie.

Plus aucune joie, aucune tendresse,

Mon esprit se perd dans une bien noire prairie.

Triste partie d’une ténébreuse musique,

En arriver à invoquer la mort par liberté,

Simple pantin d’une vie diabolique,

Qui rêve sa vie, une pâle clarté.

Endosmose de solitude, romantisme de misanthropie,

Courir vers un ultime but, une dernière escale,

Prière contre cette douloureuse infamie,

Chute d’automne d’un dernier pétale.

Un ultime soupir exaltant ma douleur,

Un dernier regard emplit de larmes,

Lentement arrive la grande peur,

Extinction finale d’une bien triste flamme

Sortir du silence

Quand la tombée de la nuit s’annonce soudainement,

Par son effluve qui réveille en moi cette intarissable mélancolie,

Le silence m’envahit et enchaîne mon corps et mon esprit,

Aussi sûrement que des chaînes faites de ciment.

Certains silences sont trop tonitruants pour ne pas être entendus.

Est-ce moi qui dissimule si profondément ma souffrance?

Dans un coin de ma tête et de mon cœur fendu,

Ou l’indifférence est-elle une forme subtile de violence?

Peut être, je la recherche et l’alimente tel que l’amour,

Pour éviter d’affronter cette dure vérité,

Qui risquerait d’éclater au grand jour,

Tout en sachant que son mutisme peut détruire en quelques années.

Si pour moi “silence” rime avec protection,

C’est en partie que les faits précis à relater m’insupportent.

C’est pourquoi, je ferme toutes issues, toutes portes,

En espérant que ce douloureux moment prendra route vers la perdition.

N'hésitez pas à m'envoyer vos poémes en cliquant sur l'enveloppe, n'oubliez pas de me préciser votre pseudo ainsi que votre mail si vous souhaitez qu'il figure sur le site

Cette page fait parti d'un cadre . Site http://eternalll.free.fr