POESIE

POEMES DE VJYJ

ATTENTION JE VOUS RAPELLE QUE CES PAGES SONT DESTINEES A UN PUBLIC AVERTIT!!!!! ET QUE LES TEXTES N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS

Enfermée dans son silence, prisonnière de sa solitude,

elle pleure.

Elle aura beau supplier, crier, pleurer, rien ne

pourra la délivrer.

Quand la souffrance s'est faite violence,

Quand plus rien en peut apaiser, soulager,

Alors le désespoir survient.

La mort a choisi sa proie, nul ne pourra l'arrêter.

Rien ne pourra la stopper.

Telle le faucon plongeant sur sa proie,

Insidieusement, tout doucement, lentement,

La mort fera son chemin.

Ses larmes roulent, ses larmes coulent,

Lorsque c'est le coeur qui saigne

Personne ne peut apaiser, réparer,

Ces blessures que la vie a creusées.

Son souffle se fait court, son regard se fige,

Lointain, apaisée, enfin heureuse,

un léger sourire se dessine, se devine

Elle est enfin apaisée.

Son âme s'est envolée...

TENNIS ET VIE

Le tennis c'est comme la vie,

Tu prends tes repères et tu t'orientes,

T'as tes objectifs et une technique,

Mais tu sais que tu ne peux pas toujours gagner!

Le tennis c'est comme la vie,

Tu te places et t'observes,

Et quand les applaudissements retentissent,

Tu sens la joie, la fierté t'envahir.

Le tennis c'est comme la vie,

Tu frappes toujours en avancant,

Ne pas reculer pour ne jamais céder,

Toujours avancer pour mieux gagner.

Le tennis c'est comme la vie,

Tu prends des cours, tu apprends,

T'évolues dans un milieu que tu ne maîtrises pas,

Tu peux toujours t'améliorer,

Le tennis c'est comme la vie,

Tout est question de volonté,

A toi de donner le meilleur de toi

Pour vaincre et toujours gagner.

IVRESSE

Juste un ultime verre pour m'aider,

Dans ma tête danse un tourbillon d'étoiles,

La solitude n'existe plus

Mais pour accéder à ce Paradis

Je dois me saoûler.

Quand la réalité est trop dure à supporter,

Quand même les amis se dérobent,

Alors seul l'alcool peut m'aider.

Au fur et à mesure que les verres se succèdent,

Je quitte cette réalité et le bonheur m'envahit.

Arrive enfin l'oubli.

A toi, l'homme que j'aime.

Tu ne peux pas m'aider,

C'est à moi de m'en tirer,

Il te faut accepter

L'idée qu'on soit séparés.

Je n'ai toujours fait que reculer,

J'ai beaucoup changée

Je ne suis plus celle que tu as aîmée

Alors autant me laisser.

C'est à moi de me battre,

C'est seule que je dois affronter

Ces démons devant lesquels je me suis toujours

dérobée,

Cette réalité qui m'a dépasée.

De ce combat, je sortirai victorieuse

Ou je mourrai.Je le sais et l'ai accepté

C'est peut-être la dernière fois

Que je te verrai

Mais je dois y aller.

Je me le dois pour mieux me respecter,

Pour enfin peut-être m'aimer

Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée

Et c'est pour toi que je vaincrais.

Lutter, ne pas renoncer,

Toujours recommencer,

Se battre pour ne pas reconnaître qu'on ne peut pas

toujours gagner.

Notre vie est-elle faîte de tempêtes et d'idées?

On grandit dans la vie comme on monte sur un ring,

Se créer un chemin à la force de ses poings.

Cogner, livrer bataille mais ne pas perdre la face

Effacer les obstacles, surmonter les difficultées,

Renverser l'adversité

Grandir dans la vie, se reconstruire

S'épanouir, Oui mais savoir frapper.

Se fair erespecter et imposer sa loi

Ne pas se soumettre, savoir fourvoyer

Pour toujours rester debout, droit dressé

Stilnox, Virlix, Atarax,

Nordaz et puis Prozac

Cachets pour calmer mes nerfs

Cachets pour calmer ma colère

Danse, valse des comprimés

Le tout avec de l'eau à avaler

Tous les jours, je gobe, j'obéis

Je m'abonne à la pharmacie

Un jour peut-être j'm'en passerai

Mais pour l'instant jpeux pas m'en passer

Nouvelles drogues, mais drogues légales

Tout ca pour m'empêcher de me tuer

Tout ca pour m'empêcher de me détruire

Cachets choisis, cachets maudits

j'les ai tous pris...

Toi qui étais notre ami

Pourquoi aujourd'hui ces accusations?

Certes, nous ne nous prétendions pas amis pour la vie

Mais est-ce une justification à toutes tes élucubrations?

Je voudrais pouvoir te pardonner l'impardonnable

Pour qu'enfn je puisse donner le repos à mon âme

Que tu as si violemment blessée, torturée

Qui aujourd'hui ne peut plus se reposer

Mais je renaîtrai, je me relèverai

Tel le phoénix qui renaît de ses cendres

Je surmonterai cette épreuve et revivrai

Je ne te laisserai pas le plaisir de me pendre

Un jour, je te pardnnerais

Un jour, j'oublierais

Un jour, je revivrais

Pour ne pas te laisser gagner

Pour ne pas te laisser me tuer.

TRAVAIL DE DEUIL

J'ai perdu un être cher

Je pleure en silence

La source est tarie

Je pleure sur ma vie

L'être que j'ai perdue n'est autre que moi

Mais le moi d'avant, le moi qui riait

Je me suis perdue, je suis morte

Alors je me manque, je pleure

Parfois je supplie, reviens

Reviens toi qui étais moi

Et fais partir ce nouveau moi

Qui ne me plaît pas du tout

Sors de ma tête, sors de moi

Cesse de me hanter, sors de moi

JE ne veux plus te voir

Je ne veux plus te parler

Tu n'es plus à mes côté

Puisque la justice t'a enfermé

Alors SORS SORS de ma tête

JE voudrais ne plus te sentir en moi

Je ne veux plus te voir sans cesse

Je ne veux plus te parler,

Je ne veux plus te sentir

Je ne veus plus de toi!

ALors vas t en

Toi qui étais un ami

est devenu mon pire ennemi

Vas t en je ne veux plus de toi

Plus de toi en moi

POURQUOI? POURQUOI PAS?

Pourquoi mens tu ainsi?

Pourquoi pas répondit-il

Pourquoi m'as tu fait ca?

J'en avais envie m'a t il dit

Pourquoi moi?

et pourquoi pas?

Je ne sais plus quoi faire

je voudrais juste que tu crèves

correctionnel ou assises

pour moi la sentence est la même

On était une bande de copains

tu as tout détruit, provoqué la crise

je ne sais plus m'aimer, juste me détester

Pourquoi "ami" m'as tu fait ca?

et tu réponds pourquoi pas?

Etre belle n'est pas un crime

A mes yeux maintenant si

Vide, Vertiges, Peur, Panique

Agorapobie, Paranoïa aiguë,

Stress Post-traumatique...

Il paraît que ça passe avec le temps

Mais moi je pleure, envie d'hurler

De tout casser, envie de tout effacer...

Oublier ? J'ai essayé.

Effacer ? J'ai tenté.

Les médecins m'ont sauvée

Dommage, ils n'ont fait que réanimer

Un corps déjà inanimé, désarticulé

Désabusé, déshumanisé, sans âme.

Elle s'est envolée

Quand cet homme m'a violée...


Des amis ?

J'en ai.

Entourée ?

Je le suis.

Alors pourquoi?

Cette solitude au fond de moi ?

Alors pourquoi ?

Cette sensation de ne pas être comprise ?

Alors pourquoi ?

Ce vide au fond de moi ?

Alors pourquoi ?

Cette anesthésis qui dure, persiste ?

Sommeil, petit frère de la mort

Ta soeur par trois fois m'a rejetée,

N'a pas voulue de moi.

Pourquoi ? Pourquoi pas ?

Vivre ou mourrir, je n'ai pas eu le choix

Ta soeur n'a pas voulu de moi.

Alors Vivons... Vivons...

Mais Vivons vraiment !

Vivons comme avant

Quand on mordait la vie à pleine dents...

Dans la nuit, s'élève un cri

Des pleurs, des larmes coulent sans bruit

Les mains sur ses épaules elle dit

Elle supplie : "Arrêtes, je t'en prie !"

Cette nuit, une vie s'est brisée

Un rire, la joie ont été volées,

Brisées, Cassées, Etouffées, Tuées

La joie de vivre est partie, assassinée.

Quelque chose au fond de moi

Cette nuit a été tué

Qaund cet "ami" m'a violée

Hantée par une question : "Pourquoi ?"

Le crime était d'avoir été trop belle

Dommage, c'était ma vision de la vie...

Enfermé,

Incarcéré,

Il l'est.

Violée,

Brutalisée,

Je l'ai été.

Mais depuis,

Moi aussi,

Je vis enfermée.

Enfermée au fond de moi,

Renfermée, repliée.

Chacun de notre côté,

Nous sommes enfermés.

Il touche, voit ses barreaux,

Lui qui a été mon bourreau.

Mes barreaux ?

Invisibles, impalpables...

Moi qui ait été sa victime

Mais pourtant bien présents

et moi si absente....

N'hésitez pas à m'envoyer vos poémes en cliquant sur l'enveloppe, n'oubliez pas de me préciser votre pseudo ainsi que votre mail si vous souhaitez qu'il figure sur le site

Cette page fait parti d'un cadre . Site http://eternalll.free.fr