LES CONSEQUENCES DES ABUS SEXUELS
LA CONFIANCE ET LA SEXUALITE
Confiance :

La perte de confiance en soi et dans les autres est aussi  difficile à vivre. Il va être dur de faire de nouveau confiance à d'autres personnes et cela perturbera énormément les relations affectives.

La survivante a été blessé dans son corps, dans sa tête, dans sa confiance, tout ce qu'elle connaissait s'écroule, tout les repères disparaissent et la notion de confiance devient quasiment inexistante. Elle ne peut plus avoir confiance en personne, pense que chaque homme est un agresseur potentiel, de plus si elle a été agressé par quelqu'un qu'elle connaissait, ses amis deviendront aussi des ennemis potentiels et cela la poussera à se couper du monde. Il faut essayer de relativiser, il faut se dire que, bien sur il y a des fous partout , bien sur que cela peut arriver mais il faut bien continuer à vivre, et se dire que l'on est obligé de vivre avec les autres, la peur ne changera rien.

Sexualité :

Parfois l'impression d'être un objet sexuel, d'être sale, de faire quelque chose de mal, de devoir revivre la même chose ou encore l'impression de devoir répondre à tout les besoins du conjoint pourront empêcher toute relation et cela ne fera que renforcer ce sentiment de culpabilité et de honte de soi.

Le plus difficile est de réussir à parler de sa sexualité car c'est encore parfois un sujet tabou, de savoir comment ne plus avoir peur lors des rapports sexuels, comment apprivoiser les rapports et ne plus avoir peur d'avoir peur. Il ne faut pas avoir peur de parler avec votre conjoint.

Le vaginisme : peur inconsciente de l’acte sexuel se manifestant par des contractions spasmodiques et émotives des muscles de la paroi vaginale. Cette peur est presque toujours en relation avec un refus inconscient du coït, soit par crainte de la grossesse, soit par non - acceptation du partenaire, soit encore à un souvenir traumatique lié à un viol ou toute violence sexuelle. Elle se combine parfois à la frigidité, qui est une impossibilité pour la femme d’éprouver des sensations voluptueuses dans les rapports sexuels.

La pseudo-stérilité : C’est une stérilité due à un dysfonctionnement du système hormonal pouvant avoir pour origine un abus sexuel dans l’enfance ou à l’adolescence. La victime se place dans une situation de non - fécondité pour exprimerr inconsciemment son dégoût pour l’acte sexuel et l’amour.

Pour la survivante sexe = danger = viol = souvenir = souffrance alors qu'il devrait être synonyme d'amour, d'union, de plaisir . Hors la survivante pourra trouver les rapports sexuels dégradants, désagréables et les vivra comme une agression.

Le mieux est tout d'abord d'en parler avec le conjoint, s'il vous aime, il sera être patient et attentif à vos besoins et à vos problémes qui avec le temps finiront par s'estomper. Expliquez lui ce qui vous fait peur et éventuellement pourquoi. Il n'y a rien d'honteux ou de dégradant à ca, bien au contraire, c'est une marque de confiance et d'amour, c'est souvent difficile de parler de tout ca sans tout ramener au viol et donc parler de vos relations pourra vous semblez etre une epreuve insurmontable mais essayez toujours ! Les choses ne pourront que s'arranger!

Lors d'une relation sexuelle, si vous prenez peur, n'hésitez pas à le dire à votre conjoint, dites lui que vous ne pouvez pas continuer, que vous avez peur, il ne vous en voudra pas, il peut comprendre et vous n'avez pas à culpabiliser pour ca! Profitez en pour parler de ce qui vous a géné ou fait peur et n'ayez pas peur de son jugement, il n'est pas la pour vous juger...

Quelques conseils :

-1.  Tout d'abord il faut réapprendre à aimer son corps en prenant soin de lui chaque jour.

-2.  Accepter son corps tel qu'il est, accepter de se regarder dans un miroir.

-3. Essayer d'écouter et de croire les gens qui nous trouve belle et s'empêcher de rejeter immédiatement leurs compliments. Il faut réfléchir à ce qu'ils vous disent! Ils n'ont peut étre pas tord ;-)

-4. Déterminer des frontières à respecter lorsqu'on vous touche pour que vous vous sentiez à l'aise et en sécurité, parlez en à votre compagnon. Dites lui ce que vous ressentez et ce qui vous fait peur.

-5.  Sachez que vous n'avez pas à vous laisser toucher par une personne si vous n'en avez pas envie, meme s'il s'agit de votre conjoint.

-6.  Essayer de vous relaxer le plus souvent possible.

-7. Fier vous à votre instinct pour savoir en qui vous pouvez avoir confiance. Il faut être méfiante mais savoir avoir confiance.

-8. Ne pensez pas que si quelqu'un vous touche, les même choses se reproduiront, c'est faux, il existe des hommes merveilleux, même si c'est difficile à croire après un viol. L'agresseur est une personne, votre compagnon en est une autre!!