LES CONSEQUENCES DES ABUS SEXUELS
LA DROGUE :

La cocaine

CE PRODUIT EST ILLICITE

Ces pages n'ont pour but que l'information des personnes pouvant être en contact avec ces produits illicites ou à leur entourage et n'a aucunement pour but d'en faire l'apologie

LA COCAINE

Avec la cocaïne, tout augmente, les consommations et les risques aussi.

La cocaïne est le résultat de la distillation des feuilles de cocaïer préalablement séchées.

DEFINITION

La cocaïne est le résultat de la distillation des feuilles de cocaïer préalablement séchées.

La cocaïne se présente sous la forme d'une fine poudre blanche.

Elle est prisée (la ligne de coke est "sniffée") ; également injectée par voie intraveineuse ou fumée.

A QUOI CA RESSEMBLE?


La cocaïne se présente sous la forme d'une fine poudre blanche.

Elle est prisée (la ligne de coke est "sniffée") ; également injectée par voie intraveineuse ou fumée.

La cocaïne est parfois frelatée, coupée ou mélangée à d'autres substances par les trafiquants, ce qui accroît sa dangerosité et potentialise les effets et les interactions entre des produits dont on ne connaît pas la composition.

EFFETS ET DANGERS DE LA COCAINE

L'usage de cocaïne provoque une euphorie immédiate, un sentiment de puissance intellectuelle et physique et une indifférence à la douleur et à la fatigue.

Ces effets vont laisser place ensuite à un état dépressif et à une anxiété que certains apaiseront par une prise d'héroïne ou de médicaments psychoactifs.

La cocaïne provoque :

- une contraction de la plupart des vaisseaux sanguins. Les tissus, insuffisamment irrigués, s'appauvrissent et, par conséquent, se nécrosent. C'est souvent le cas de la cloison nasale avec des lésions perforantes chez les usagers réguliers.

- des troubles du rythme cardiaque. Ils peuvent être à l'origine d'accidents cardiaques, notamment chez des personnes fragiles et/ou qui consomment de fortes quantités de tabac. D'autant que la consommation de tabac, comme celle de l'alcool, est souvent augmentée lors des prises de cocaïne.

- Chez les personnes plus sensibles, l'usage de cocaïne peut provoquer des troubles psychiques, une grande instabilité d'humeur, des délires paranoïdes (notamment au bruit) ou des attaques de panique.

- Une augmentation de l'activité psychique et, par conséquent, des insomnies, des amnésies et des phases d'excitation.

Une autre caractéristique de la cocaïne est de lever les inhibitions, ce qui peut conduire à oublier de mettre un préservatif en cas de relations sexuelles, à commettre des actes de violence, des agressions sexuelles, des dépenses compulsives, etc. La sensation de "toute-puissance" entraînée par la cocaïne en fait un produit qui risque d'engendrer des passages à l'acte.

Par ailleurs, les matériels utilisés pour "sniffer" peuvent transmettre les virus des hépatites A, B et C, s'ils sont partagés entre plusieurs usagers. En cas d'injection, le matériel partagé peut transmettre le virus du sida.

COCAINE ET DEPENDANCE


Excitant puissant, la cocaïne provoque une dépendance psychique importante.

Il est difficile d'arrêter une consommation aiguë de cocaïne, tant la nécessité d'en reprendre est importante. L'apaisement, même avec la consommation d'une autre substance, est très difficile.

UN DERIVE DE LA COCAINE : LE CRACK

Le crack est un mélange de cocaïne, de bicarbonate de soude et d'ammoniaque présenté sous forme de petits cailloux. L'usager en inhale la fumée après les avoir chauffés. Cette opération provoque des craquements, origine de son nom.

Ce mode de consommation provoque des effets plus intenses que ceux de la cocaïne : le produit arrive plus rapidement au cerveau, la durée de son effet est plus brève.

L'usage régulier de crack peut provoquer des hallucinations et entraîner des comportements violents, des épisodes paranoïdes, des états suicidaires

L'usage régulier du crack peut provoquer :

- des dommages rapides sur le cerveau;

- de graves altérations des voies respiratoires

- des arrêts respiratoires et/ou cardiaques pouvant entraîner la mort

Sa consommation régulière crée rapidement une forte dépendance psychique et une neurotoxicité très importante. Les usagers, même après avoir cessé d'en consommer, restent souvent soumis à des altérations de l'humeur et connaissent pendant plusieurs mois des épisodes de rechute éventuels.

source : Livre "Drogues : savoir plus, risquer moins"