PAROLES DE CHANSONS

Page 3 :

Florent pagny, Thierry AMiel, Garou , Roch voisine

"Ma vie de mort" de Florent Pagny

Quand tout ça sera terminé

Qu'il faudra se dire adieu

Quand tout ça sera au passé

Je dois vous faire un aveu

Je dois pourtant vous dire

Que c'est avec plaisir

Que j'attends ce moment

Cet instant qui m'a fait peur si souvent

Et vivre ma vie de mort

Vous laisser mon corps

Et ne garder que l'esprit

Pour vivre plus loin, plus fort

Réussir ma mort

Et respecter ma vie

Que la matière devienne poussière

Et que ton âme devienne lumière

Enfin oublier les douleurs

Pour ne connaitre que douceur

Pouvoir multiplier les rêves

Ne plus jamais connaitre

La haine, l'argent

Jalousie et mauvais sentiments

Et vivre ma vie de mort

Vous laisser mon corps

Et ne garder que l'esprit

Pour vivre plus loin, plus fort

Réussir ma mort

Et respecter ma vie

Et vivre ma vie de mort

Vous laisser mon corps

Et ne garder que l'esprit

Pour vivre plus loin, plus fort

Réussir ma mort

Et respecter ma vie

Surtout il ne faut pas la chercher

Elle saura bien où te trouver

Au moment, à l'instant

Cet instant qui m'a fait peur si souvent

Et vivre ma vie de mort

Vous laisser mon corps

Et ne garder que l'esprit

Pour vivre plus loin, plus fort

Réussir ma mort

Et respecter ma vie

Et vivre ma vie de mort

Vous laisser mon corps

Et ne garder que l'esprit

Pour vivre plus loin, plus fort

Réussir ma mort

Et respecter ma vie

"N'importe quoi" de Florent Pagny

Dis-moi, pourquoi t'es comme ça,

Pourquoi ça va pas,

Pourquoi t'essaies pas,

Pourquoi tu veux pas.

Dis-moi, pourquoi tu souris

Et pourquoi tu pleures,

Pourquoi t'as envie,

Et pourquoi t'as peur.

Dis-moi, pourquoi tu dis ça,

Pourquoi t'y crois pas,

Pourquoi t'y crois plus,

Pourquoi tu sais plus.

Tu vois, tu retrouves plus ta rue.

T'as paumé l'étage.

J'crois bien qu't'es perdue.

Tu marches pas, tu nages.

Et là, tu crois

Qu'je vais rester là sans rien dire ?

Ah oui, tu crois

Qu'je vais rester planté là

A te voir partir dans tes délires

Et te laisser faire n'importe quoi ?

Dis-moi, pourquoi tu fais ça,

Pourquoi t'arrête pas.

Tu te fous en l'air.

Ça a l'air de t'plaire.

Pourquoi, pourquoi tu comprends pas

Que c'est pas vrai tout ça,

Que tu reviendras pas

Si tu t'en vas par là ?

Dis-toi, qu't'es en train de partir.

Tu t'es trompée d'navire,

T'as cassé ta dérive,

T'es en train d'te couler.

Et moi, moi tu m'as oublié.

Moi, tu y as pas pensé ?

moi Tu m'as juste laissé

Le droit de la fermer.

"La moitié du ciel" de GAROU

Elles sont faites pour les choses douces

La soie et le velours

Plonger leur corps dans la mousse

Les enfants, les fleurs et l'amour

Elles ne savent pas faire la guerre

Pourtant elles vivent en enfer

Et si Dieu est notre Père

Qu'il écoute leurs prières

Ils pourraient

Veiller sur la moitié du ciel

Celle qui nous ramène à l'essentiel

Dans ce monde, tout est égal

Mais un peu moins, c'est fatal

Pour les femmes

Pour les femmes

Si leurs larmes coulent sous le joug

Elles restent debout

Si partout, on les bafoue

Leur sort lié à des fous

Elles ne savent pas faire la haine

Pourtant elles vivent dans la peine

Et si Dieu est notre Père

Qu'il écoute leurs prières

Il pourrait

Veiller sur la moitié du ciel

Celle qui nous ramène à l'essentiel

Dans ce monde, tout est égal

Mais un peu moins, c'est fatal

Pour les femmes

Pour les femmes

Veiller sur la moitié du ciel

Celle qui nous ramène à l'essentiel

Dans ce monde, tout est égal

Mais un peu moins, c'est fatal

Pour les femmes

Pour les femmes

Thierry Amiel

"Sans toi"

2003 "Paradoxes"

Je n'étais pas bien dans ma peau

Le ciel dessous le niveau de l'eau

Le coeur, à faire peur

Aux coeurs beaux, j'avais beau

Le faire beau...

J'étais sans toi, sans toi

Que veux-tu, moi ça me tuera

Si tu préfères compter sans moi

J'avais perdu le fil des choses,

Dans une mentale overdose

Des heures de compteur

Crescendo, de zéro à zéro...

J'étais sans toi, sans toi

Que veux-tu, moi ça me tuera

Si tu préfères compter sans moi

J'étais sans toi, sans toi

Que veux-tu, moi ça me tuera

Si de mon sang, le tien s'en va

Si tu préfères compter sans moi

Ne me laisse pas, comme ça

Comme ça, comme ça

Parce que je n'étais pas bien dans ma peau,

Le ciel dessous le niveau de l'eau, de l'eau

J'étais sans toi, sans toi

Que veux-tu, moi ça me tuera

Si tu préfères compter sans moi

Ne me laisse pas, comme ça

Comme ça, comme ça, comme ça.

Thierry Amiel

"Un jour arrive"

2003 "Paradoxes"

Des nuits devenues blanches

A se mordre les doigts

Même plus d'instant de revanche

Ni goût à quoi que se soit

Des gestes sans envies

Pourtant qu'il faut faire

Pour au moins rester en vie

Ou croire que c'est nécessaire

Et ronger ces remords encore

Et puis tout arrive quand on a attend plus

Et puis tout arrive sans rien voir venir

Savoir,

Savoir qu'il restait l'imprévu

Et tous ce temps qu'on a perdu

Des jours sans importance des heures qui ne passent pas

Plus supporter le silence ni les autres qu'on revoit

Des paroles inutiles

Des conseils en l'air

Comment ça va quand est-il,

Tu sais l'amour c'est l'enfer

Alors qu'on n'est pas mort encore

Puis tu arrives quand j'y croyais plus

Puis tu m'arrives sans me prévenir

Revoir,

Revoir comme je t'ai attendu

Que c'était pas du temps perdu

Puisque t'arrives

Puisque tu m'arrives

Sans peur d'en souffrir

Te voir

Te voir comme si deux inconnus

S'étaient juste perdus de vue

On oublie ce qu'on a vécu de pire

Toutes ces nuits où l'on voulait en finir, en mourir

Parce que tout arrive quand on a attend plus

Parce que tout arrive sans nous prévenir

Et voir

Et voir qu'il reste l'imprévu

A tout ce temps qu'on croit perdu

Un jour arrive

Un jour arrive

Thierry Amiel

"2000 ans sur la Terre"

2003 "Paradoxes"

Pourquoi suis-je né ?

Pourquoi je vis ?

Le réveil a sonné

C'est encore aujourd'hui

Pourquoi j'en ai assez ?

Pourquoi j'en ai envie ?

Le soleil s'est levé et je suis toujours en vie

Pourquoi faut-il apprendre à écrire, à lire à compter ?

Pourquoi dois-je me rendre à tous ces rendez-vous manqués ?

Pourquoi y'a-t-il des choses qu'on oublie dans un courant d'air ?

Pourquoi quand on mélange le jaune et le bleu, ça fait vert ?

Pourquoi y'a-t-il des murs qui me séparent de mon voisin ?

Pourquoi ce Picasso alors que je n'y comprends rien ?

Pourquoi on nous rabâche des choses qu'on n'a pas demandées ?

Pourquoi on n' peut pas dire tous les mots que l'on a pensés ?

Pourquoi c'est la même fille à toutes les unes des magazines ?

Pourquoi ça fait pas bien de mettre un lit dans la cuisine ?

2000 ans sur la Terre pour 6 milliards, et des poussières

Pourquoi suis-je né ?

Pourquoi je vis ?

Le réveil a sonné

C'est encore aujourd'hui

Pourquoi j'en ai assez ?

Pourquoi j'en ai envie ?

Le soleil s'est levé et je suis toujours en vie

Pourquoi pleut-il ce soir, quand il fait beau à Tripoli ?

Pourquoi y'a-t-il des choses qu'on paie, et d'autres qui n'ont pas de prix ?

Pourquoi le ciel est plein de colombes alors qu'on n'est jamais vraiment en paix ?

Pourquoi y'a-t-il des gens que j' connaîtrai jamais, au grand jamais ?

Pourquoi je pleure chaque fois quand Léo chante " Avec le temps " ?

Pourquoi je me sens perdu dans un Univers si grand ?

Pourquoi y'a-t-il des fleurs, de la solitude, du soleil et des chiens ?

D'ailleurs, c'est bientôt l'heure que j'aille sortir le mien

2000 ans sur la Terre pour 6 milliards, et des poussières

Pourquoi on n'peut pas voyager à la vitesse de la Lumière ?

Pourquoi les diligences soulèvent toujours de la poussière ?

Pourquoi Dieu ne vient-il pas nous dire que tout finira bien ?

Pourquoi l'enfer pour tous, et le paradis pour certains ?

Pourquoi hier, c'était hier et demain, on n'en sait rien ?

Pourquoi Sandrine fait 100 kilos alors qu'elle le vaut bien ?

Pourquoi les rêves des autres ont toujours l'air tellement plus forts ?

Pourquoi j' t'ai menti, quand j'ai dit qu' j' t'aimais encore ?

2000 ans sur la Terre pour 6 milliards, et des poussières

Pourquoi suis-je né ?

Pourquoi je vis ?

Le réveil a sonné

C'est encore aujourd'hui

Chanson suggérée par Paty

"Dis lui" de Roch Voisine

Si un jour, tu croises au hasard

Celui du tout début de l'histoire

Celui que je croise dans mes miroirs

Qui reste avec moi même quand je pars

Les mots promis et les malentendus

Se gorger d'eau mais qu'on a pas vus

Les mots d'absence épinglés, pendus

Aux lèvres qui se sont tues

Dis-lui

Dis-lui tous ces mots qui nous lient

Les mots qui fuient et les non-dits

Oh... Dis-le lui

Dis-lui

Dis-lui qu'au long des longues nuits

Ils font mal encore aujourd'hui

Oh... Dis-le lui

Ce que l'on ose même à demi

Même les derniers, et même les maudits

Ce que l'on peint ou que l'on crie

Et qui soudain qu'on a privé de vie

Les mots de nos jardins d'hier

Abandonnés aux vents de poussière

Les mots lancés, faisceaux de verre

Au cœur océan d'un pair

Dis-lui

Dis-lui qu'il fut mon seul abri

Dans le silence, contre l'oubli

Oh... Dis-le lui

Dis-lui le coût de ma peine

Et le mal que j'ai eu

Dis-lui ces moments de haine,

Mais qu'il n'a jamais su

Dis-lui mes attentes veines

Et tout ce que j'ai cru

Tous ces rois, toutes ces reines

Qui ne sont jamais venus

Dis-lui

Dis-lui tous les mots qui nous lient

Les mots qui fuient et les non-dits

Oh... Dis-le lui

Dis-lui qu'au long des longues nuits

Ils font mal encore aujourd'hui

Oh... Dis-le lui

Dis-lui

Paroles: J.Kapler, Frédéric Kocourek. Musique: J.Kapler 2001

Un chanson vous touche?? envoyez moi les paroles et le titre de celle ci avec votre pseudo pour qu'elle figure ici